Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2010

Pis les vacances ?

Hé oui, les vacances sont déjà finies. Le retour s’est bien passé. J’ai encore une dizaine de dossiers sur mon bureau. Les courriels sont faits et je n’ai eu que quelques petites erreurs à corriger. C’est quand même pas mal plus relaxe au retour quand il y a quelqu’un pour te remplacer durant les vacances.

Et alors, ces vacances ?

Ben voilà, ce fût plutôt relaxe. On est resté à la maison, on a profité de Québec et de ses environs. Festival d’été, randonnées en montagne, vélo, rénovations… Mais les températures très élevées – la canicule – ne m’a pas incité à faire beaucoup. C’était plutôt écrasant. Donc je me suis reposé. Je me suis levé tard (vers 8h00) et j’ai fait de la lecture.

Le hic, c’est que ça a finit par me donner l’impression que je n’arrivais pas à me reposer.

Je ne sais pas si c’est la chaleur, les levés du corps plus tardives ou alors la fatigue cumulée qui ressort, mais j’ai fini mes vacances avec l’impression d’être très fatigué. Personnellement, je penche pour la fatigue accumulée. J’ai travaillé, il y a quelques années dans une entreprise où les projets en retard étaient légion. Je n’avais pas d’enfants à l’époque alors je faisais des heures. J’ai également beaucoup voyagé durant ces trois années. Je travaillais alors à partir du Japon, donc journée au Japon puis on attend 21h00, 21h30 et du Japon on commence la journée au Québec pour régler les problème. Je travaillais régulièrement jusqu’aux petites heures du matin…

Je me souviens d’avoir passé quelques plusieurs mois quand j’ai changé d’emploi à me reposer de mon emploi précédent. La fatigue cumulée sortait.

Aujourd’hui, je n’ai pas ce genre d’emploi, mais, vous le savez, je me tiens occupé, très occuper. Bien sûr c’est moi le problème dans cette histoire. J’ai juste à lâcher l’école, le soccer, les rénos. J’ai juste à moins prendre ma job à cœur, à travailler un peu plus relax. J’ai juste à me coucher le soir à 9h00…

Mais ça ne m’intéresse pas! J’aime ça être occupé. J’aime ça avoir un travail demandant, pis ça ne me dis rien de ne rien faire de mes soirées!

Je suis peut-être pire que d’autres, j’en conviens, mais n’est-ce pas là tout le problème de cette hausse marquée des burnout et des dépressions? On veut tous avoir une vie bien remplie où on se réalise au bureau, en famille et dans notre vie. On veut tout faire (y’a tellement de choses trippante à faire) et on manque de temps.

C’est la même chose pour les vacances. Si on ne passe pas les vacances à faire dix milles trucs on a l’impression de n’avoir rien fait… Je vous avouerai que j’ai un peu eu cette impression à la fin de mes vacances. Je me disais, « coudonc qu’est-ce que j’ai fait pendant deux semaines, ça m’a paru long, mais me semble que je n’ai pas fait grand-chose »… Ben en fait, c’est peut être ça des vraies vacances. Pas faire grand chose, se reposer un peu, beaucoup et surtout avoir l’impression que les deux semaines ont été longues!

.jpm

10:09 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.