Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/08/2010

Quand le système déraille

Le renouvellement des voitures du métro de Montréal est en train de devenir une véritable saga juridico-économique opposant à la fois la vision d’économie locale et celles d’économie mondiale libre et d’économie mondiale réglementé.

D’une part, il serait logique de pouvoir confier le renouvellement des voitures de métro à Bombardier, une entreprise local dans laquelle le gouvernement a beaucoup investi et qui donc à travers des contrats et des emplois aurait l’occasion de « rembourser » cette aide.

D’autre part, Bombardier fait des affaires partout dans le monde et si elle a pris de l’expansion, entre autres, en Europe c’est bien parce que d’autres pays qui compte de grandes industries capable de faire des trains lui a permis de soumissionner sur de lucratifs contrats.

Maintenant, comment tout ceci doit-il être géré? Peut-on permettre à tout le monde de soumissionner? Les entreprises voulant soumissionner ont-elles le droit de demander que l’appel d’offre soit refaite – comme cela s’est produit pour les voitures du métro?

Pire on apprend ces jours-ci que Zhuzhou menace de traîner la STM en cour si elle ne révise pas son appel d’offre pour y inclure un système sur rail alors que la STM (le client dans cette affaire) n’en veut pas!



Le problème ici c’est la réglementation, la judiciarisation des échanges économique. C’est l’habituelle opposition entre l’esprit et la lettre de la loi. L’esprit veut que les soumissions soient ouvertes à tous afin de permettre une saine compétition sans entraves nationales, mais la lettre n’est pas suffisamment subtile et permet d’exiger du client qu’il modifie son appel d’offre afin qu’un fournisseur puisse soumissionner – ridicule. Cela dit, ce n’est pas encore fait. Mais si ce cas va en cour, l’OMC devra se mouiller et clarifier la situation…

En passant vous savez qui est l’imbécile qui pilote le dossier pour Zhuzhou? Maître Julius Grey!



D’ailleurs on a eu droit à un autre bon exemple de mauvaise foi dans l’interprétation d’une « règle » lors des jeux olympique l’an dernier.

La sous représentation du français dans la cérémonie d’ouverture. Une sous représentation qui a value 38 plaintes au commissaire des langues officielles - soit 19 fois plus que celles déposé à propos du recensement en 10 ans…

Hé bien sachez que les organisateurs ont répondu en incluant dans le contenu francophone le poème L’Hymne du Nord traduit en anglais pour l’occasion de FX Garneau, l’excellente mais non moins anglophone pièce Hallelujah de Leonard Cohen…

Mais ce n’est pas fini! Pour les organisateurs il y avait au moins 25% du spectacle qui était francophone parce que la mise en scène était d’approche théâtrale, ce qui bien sur est non seulement francophone mais typiquement québécois!

Tant qu’à se moquer de règle aussi bien le faire en grand!

.jpm

11:42 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.