Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2010

Faire payer les riches…

Voici une ma réponse à un commentaire de Victor Beauchesne sur le blog de Joseph Facal concernant un très bon texte sur les multiples nuances des positions de gauche et de droite en politique.

Vous dites « les tenants de la gauche semblent avoir une solution encore plus simpliste: augmenter les impôts et taxer les « riches ». Si les riches sont ceux qui paient le taux marginal d’impôt maximum de 72 000 $, on peut conclure qu’on a plus les riches qu’on avait. »

À mon sens, quand la gauche parle de faire payer les riches elle ne parle pas des gens qui gagnent 72 000$ annuellement, ni même de ceux qui en gagnent 300 000$. Ils parlent plutôt des grandes entreprises. Ils se demandent à juste titre pourquoi une entreprise comme Rio Tinto Alcan (.pdf) qui a un chiffre d’affaire qui frise les 30 milliards et qui dégage des bénéfices de plus de 1 milliard uniquement pour sa division de produits usinés aurait droit à un tarif d’électricité plus bas que le tarif patrimonial. Alcan paye son électricité à peu près 4c le kw/h s’est vu octroyer un bloc de 2000 mégawatt/h soit à peu près toute l’électricité produite par LG2 un de nos plus grands barrages… 2000 MW que l’on pourrait probablement vendre à 3 fois le prix aux États-Unis…

Bien sur les usines d’Alcan ont des retombées économiques importantes, le facteur multiplicatif (pour prendre un langage d’économiste) doit être élevé. Et puis Alcan paye des impôts bien sûr.

Mais ce n’est pas le cas de toutes les entreprises. L’an dernier seulement, le fisc québécois a récupéré 2,35 milliards de dollars d’évasion fiscale. Encore ici, je vous entends me dire que ce n’est pas que les riches qui fraudent. C’est vrai, mais les fraudes d’une entreprise qui a un chiffre d’affaire de quelques dizaines de millions risque d’être pas mal plus élevées que celles de l’électricien qui engrange 250 000$ par an. Et au moins (sans vouloir prendre sa défense) l’électricien réinjecte l’argent détourné dans l’économie locale ce qui n’est généralement pas le cas des grandes entreprises qui déplacent leur profits ou qui jouent sur les prix de transfert.



Oui, la gauche est dans la lune quand elle croit que l’on peut se payer des programmes sociaux très généreux sans que cela ait des effets sur les finances publique, mais la droite est au moins autant dans la pensée magique quand elle croie que la disparition de l’État va régler tous les problèmes… Bref, vivement une discussion entre les droite et la gauche modérée – moi je propose un sommet Facal / Lisée !

.jpm

Les commentaires sont fermés.