Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/11/2010

Pas question, ils sont en retard!

Je suis passé voir un de mes patrons la semaine dernière pour lui demander si je pouvais transférer à un autre groupe la sous-traitance dont je m’occupe pour un de nos produits.

Je me suis occupé de la sous-traitance de ce produit depuis ses tous premiers balbutiements et je m’en occupe encore même si je n’ai plus rien à voir avec ce groupe. C’est ce que l’on appelle une incongruité historique.

Quand j’ai commencé à m’en occuper le groupe duquel le sous-produit était issu comptait une personne. L’an passé nous en avons engagé une seconde pour lui prêter main forte. Puis, il y a quelques semaines nous avons engagé une troisième personne pour ce groupe.

Ledit groupe ne travaille que sur un produit, un produit qui de surcroit se vend en très petites quantités – des petites quantités qui valent cependant très cher, ce pourquoi l’entreprise est prête à y investir le tallent de trois employés à temps plein.

La sous-traitance dont je m’occupe ne m’occupe pas plus de cinq à six heures par mois, mais est très dérangeante dans mon travail, elle nécessite un arrêt complet de mes activités, bref ce n’est pas très compatible avec mon travail. Et puis, bon c’est le produit de ce groupe, ils sont trois et je suis très occupé.

La question était donc : Est-ce que je peux transférer cette sous-traitance, que mon patron connaît très bien à ce groupe. Mon argument étant qu’ils sont trois et que je suis seul et qu’il connaît aussi très bien ma charge de travail.

La réponse? Pas question, ils sont en retard!

Le réflexe étant bien sûr de ne pas donner plus de travail à un groupe déjà en retard sur le développement de ce produit – que l’on ne réussit plus à livrer depuis un an. Je comprends l’argument, mais bien qu’ils soient en retard pourquoi ils ne pourraient pas absorber un six heures supplémentaire sur 2 500 heures de travail par mois…

La réponse est simple, je suis efficace et je réussi généralement à sortir tout ce que j’ai à faire à temps. J’ai des projets qui prennent du retard, mais ils ne sont pas aussi prioritaire pour l’entreprise alors ça reste chez-nous même si d’une certaine façon ça encourage l’inefficacité de l’autre groupe…

Bref en quelques mots, la situation m’interpelle parce que comme souvent on en donne plus aux meilleurs parce qu’ils livrent la marchandise et on en enlève aux moins bons parce qu’ils ne livrent pas – tout le monde atteins son niveau de compétence maximal ou atteins son niveau d’incompétence comme le veut l’adage populaire, mais n’est-ce pas là punir les bons travailleurs et récompenser les moins bon?

.jpm

p.s. La suite demain : Quels sont les réelles motivations au travail?

12:08 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.