Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/12/2010

Brèves : Charité, Frais de scolarité et Les jeunes

Je dis souvent qu’il faut voir les données avant de se prononcer. Le dernier texte de Darwin le prouve encore un fois. Il analyse cette fois-ci les dons de charité. Comme vous le savez peut-être, le Québec est une des provinces qui donne le moins… Mais quand on y regarde de plus près on découvre plusieurs faits intéressant. Le plus notable étant le financement « charitable » du Fraser Institute et de l’Institut Économique de Montréal ! Hum, je me demande bien qui sont les généreux donateurs…



Il y a quelques jours je vous disais être en faveur d’une hausse raisonnable des frais de scolarité. Je disais qu’on devrait mettre en place des hausses qui suivent le coût de la vie et soulignait par la même occasion qu’en 1968 les étudiants payaient plus cher leurs études universitaires qu’aujourd’hui. Or Louis-Philippe Savoie, président de la FEUQ (que vous pouvez entendre ici débattre avec Yves Boisvert), soulignait à son tour que si les frais de scolarité avaient été gelé en 1968 c’est parce qu’ils étaient considérés comme trop élevé et que les Québécois fréquentaient moins les universités.

Je comprends son argument et il était valide à l’époque. Aujourd’hui on a rattrapé le retard face aux autres provinces, il y a donc plus d’élèves et en plus la situation économique a bien changé. En 1968 on était encore en plein boom économique (celui des trente glorieuses). Avec des taux de croissance qui dépassaient les 5%, le financement n’était pas un problème, mais depuis la fin de cette grande époque, les taux peinent à passer le 3% et la pression sur le réseau universitaire est beaucoup plus grande. Bref, argument convaincant peut-être, mais pas nécessairement valide – ils devraient se rassoir à la table de négociation.



Richard Martineau a publié un billet sur la qualité du français chez les jeunes. C’est, dans certains cas absolument affreux. Je vous laisse en juger. Mais ce qui m’a le plus interpelé dans son texte c’est sa description de la jeunesse – encore là un certaine partie des jeunes, ceux qui comme par hasard me plaisent le moins, vous savez ces « rappers » qui se pensent bien cool et qui croient que défier l’autorité sans raison prouve qu’ils sont quelqu’un.

Voici l’extrait : « … full d'eux-mêmes et de leur ignorance crasse, confondant insolence et confiance en soi, arrogance et assurance… »

Voilà qui les dépeint admirablement bien. Espérons que cette mode qui dure depuis déjà trop longtemps disparaisse le plus vite possible – yo!

.jpm

11:34 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.