Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/01/2011

Bonne année 2011 !

direction sont généralement déçus.

Ces dernières années j’ai plutôt parlé de ce qui avait changé chez-moi, dans ma vision du monde. En 2008 j’avais affirmé m’être radicalisé face à la religion – ça n’a pas changé. En 2009 j’ai tenté de définir ce que serai « la bonne direction »… Moins de surproduction. Moins de surconsommation. Moins de religion. Plus de démocratie. Plus de redistribution de la richesse. Plus de liberté et beaucoup de discussion. J’avais pour objectif de définir cette bonne direction de façon plus précise, mais je me suis laisser happer par l’actualité et le commentaire.

L’an dernier j’ai fait un court tour d’horizon et une courte revue de la décennie qui s’achevait tout en réaffirmant mon espoir de le monde changer, mais sans plus, le tout ayant toujours été saupoudré de bon vœux, santé, bonheur, volonté et courage de défendre nos idées.

L’année 2010 n’a pas fait exception quant aux changements mondiaux. Si certains évènements permettent un peu d’espoir, ils sont généralement sur-compensés par d’autres évènements malheureux et par le travail gigantesque qu’il resta à faire.

De mon côté s’il y a eu un changement de vision, ce serait celui de la grande complexité de la tâche à accomplir. S’agit-il d’un premier pas vers l’abandon, du début d’une certaine sagesse ou simplement d’un constat réaliste? Je ne saurais dire. Quoi qu’il en soit, cette plus grande compréhension de la complexité des problèmes planétaires et locaux qui nous occupent ne réussie pas à me faire abandonner l’idée qu’il y a des solutions à ces problèmes et qu’en les travaillants de façon intelligente nous pourrions marcher vers un monde meilleur.

En quoi constitue ce monde meilleur? Quels sont les pas à faire pour y arriver? J’ai comme vous ma petite idée. Mais l’insaisissable complexité de la tâche que vous comprenez tout autant que moi relègue d’amblé tout développement simple ou même livresque d’un plan d’action au niveau de la caricature. Reste que les caricatures, comme la poésie, laisse souvent entrevoir ce dont est fait la réalité, alors pourquoi pas?

J’espère sincèrement ne pas être en train de me faire et de vous faire une autre promesse dans le vide, mais voilà, je vais essayé encore une fois de détailler cette vision du monde à laquelle je fais référence… Je vais essayé d’y mettre le temps de réflexion nécessaire.

Voilà, je tiens à vous souhaiter une bonne année 2011, une année fertile en réflexion, une année où vous aurez l’occasion d’avancer des projets qui vous tiennent à cœur et bien sûr, je vous souhaite la santé et la quiétude d’esprit pour faire tout cela.

.jpm

12:11 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.