Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2011

La liberté à 35 ans

Hier je parlais de ma liberté perdue, celle de l’insouciance de mes 15 ans. Le sentiment est fort, ce souvenir de beaux étés passé à faire ce qui me plait, me ramenait à ce grand état de liberté…

Opposer la liberté de mos 15 ans à cette apparente absence de liberté que l’on vie lorsque l’on est adulte est quelque peu fallacieux. Je n’ai pas la même liberté qu’à 15 ans certes, mais j’en ai une autre.

J’ai parlé rapidement hier de la liberté intellectuel qui est pour moi une liberté à atteindre, mais j’aurais pu, j’aurais dû m’étendre sur toutes ces autres libertés que confère l’âge adulte.

À 15 ans je n’avais pas de maison à m’occuper, mais je ne pouvais pas non plus décider de la rénover ou de la vendre. À 15 ans, je pouvais aller où bon me semblait, tant que cela restait dans le limites de ce que je pouvais faire à vélo ou en autobus. Aujourd’hui, je peux vraiment aller où bon me semble. Bien sûr ça prend des sous, mais si j’y mets mes économie je peux partir en voyage pendant quelques semaines dans à peu près n’importe quel pays – mon terrain de jeu s’est donc considérablement agrandit.

Bien sûr le poids des soucis, monétaires, de santé ou de bonheur des autres membres de la famille restent présent et l’insouciance des 15 ans ne peut être retrouvé, mais contrairement à cet âge où tout nous paraissait possible mais bien peu l’était dans les fait, aujourd’hui il m’est possible d’influencer de façon importante le cours de choses… Avec les responsabilités viennent les capacités.

Et puis être maître de son destin, se sentir bien en selle, en contrôle de ses moyens c’est quand même une forme de liberté fort intéressante qui mise en face de l’innocence de l’adolescence permet de développer une confiance en soi qui est loin d’être égale à celle mal assuré de la jeunesse.

Enfin, bref, si la liberté de mes 15 ans me manque, le goût de continuer à jour de celle que j’ai aujourd’hui continue d’être plus forte… Me reste plus qu’à planifier mes vacances de l’été prochain et à m’organiser pour qu’elles soient à mon goût.

.jpm

11:35 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.