Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/02/2011

À la défense des politiciens

C’est vrai, Maxime Bernier a le don de se mettre les pieds dans les plats. Vous vous souvenez de cette sortie sur l’inflation? Il affirmait que c’était une taxe déguisé! Pire il suggérait même de cesser de la maintenir à 2% - pour aller ou, on n’a jamais su… Mais bon, depuis que je lui ai écrit pour lui dire que ça n’avait pas de sens, il a cessé d’en parler. Non, non, ne me remerciez pas, ça m’a fait plaisir.

Cela dit, pour l’avoir entendu débattre à l’émission de Christiane Charrette, je comprends mieux pourquoi il a tant de succès : C’est un bon communicateur, il sait présenter son point de vue et rester en contrôle de son message et ce même s’il dit des niaiseries. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je suis convaincu que c’est un gars charismatique qui, s’il réussit à ne pas trop se faire d’ennemis, risque d’aller très loin en politique.

Mais si je vous parle de M. Bernier aujourd’hui et de son passage à Christiane Charrette, c’est que son échange avec Yves Boisvert a conduit Claude Castonguay – également présent – à prendre la défense des politiciens et à souligner que la logique des politiciens n’est pas celle des journalistes, tout simplement parce qu’ils ne vivent pas la même réalité. « On demande beaucoup aux politiciens et on demande peu aux journalistes, dira M. Castonguay. »

Durant l’entrevue, M. Boisvert demandait à M. Bernier de se prononcer sur sa position lors d’un éventuel vote à l’assemblé national sur la centralisation des commissions de valeurs mobilières au pays. M. Bernier, explique alors la logique politicienne qui est tout à fait censé et « refuse » du même coup de répondre à la question. Cela dit, je suis d’accord avec messieurs Bernier et Castonguay, on demande beaucoup aux politiciens et entre autres dans le cas qui nous occupe, on demande à Maxime Bernier de se prononcer sur un éventuel vote alors que le dossier est encore entre les mains de la cour suprême et que l’éventuel projet de loi n’est ni déposé, ni même écrit.



Il semble que je ne sois pas le seul à parler de M. Bernier aujourd’hui. Jean-François Lisée souligne également sa droiture politique dans un article sur la loi 101. L’article fait part de la position de M. Bernier, mais également de celle des libertariens et de M. Trudeau…

Lisée présente encore des données, mais cette fois peut-être qu’il se trompe, la proportion de francophone dépend aussi du nombre d’anglophone qui croit plus vite que celui des francophones.



L’extrait concernant MM. Bernier, Castonguay et Boisvert se trouve sur la page de l’émission de Christiane Charrette du 14 janvier 2011. L’échange entre MM. Boisvert et Bernier commencé à 30 minutes et le point qui nous occupe débute vers 38 minutes pour finir à 41 minutes. Je vous invite en fait à faire plus et à écouter la totalité de l’entrevue de M. Bernier – cela pourra vous aider à comprendre sa popularité – qui commence à 15 minutes.

Bonne écoute!

.jpm

Les commentaires sont fermés.