Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2011

Discours inaugural

Je vais peut-être vous surprendre, mais encore une fois, je vais m’inscrire en faux contre les multiples commentaires négatifs que l’on a pu entendre au sujet du discours inaugural de M. Charest.

Comme pour le document de M. Legault, je trouve encore cette fois que monsieur, madame tout le monde tout autant que les journalistes et chroniqueurs avaient des attentes démesurées. M. Charest et son gouvernement ne sont pas à la tête de l’État pour lancer des révolutions une derrière l’autre. Ils sont là pour gérer un pays et le faire avancer à la vitesse d’un pays.

Je fais peut-être un parallèle un peu fort, mais c’est un peu comme si les Égyptiens croyaient qu’il allait y avoir des élections libres la semaine prochaine. Moubarak vient de tomber certes, mais la démocratie ne va pas s’installer là-bas en quelques mois après un régime dictatorial de 30 ans! Et je peux vous jurer que dans les années qui vont venir, ça va brasser parce que dans deux ans, malgré des élections libres, les gens vont être déçus car très peu de choses auront réellement changé. Les gens seront plus libre certes, mais l’économie n’aura pas spontanément créé des centaines de milliers d’emplois pour ces centaines de milliers de jeunes qui sont descendus dans les rues – c’est un travail de longue haleine.

Mais revenons à nos moutons – sans mauvais jeu de mots. Le discours inaugural n’était disais-je pas si mauvais ou vide qu’on le dit. Bien sûr on espère toujours plus. Bien sûr on ne connait pas encore le contenu du fameux Plan Nord. Donnons la chance au coureur, il est encore là pour deux ans, il faut qu’il se garde un peu de matériel.

Sinon, côté éducation, il a décidé de mettre en place les tableaux électronique, c’est un bon pas en avant. Mieux il a décidé d’instauré le six mois d’intégration en anglais pour la sixième année, quelque chose de nécessaire que personne n’avait encore eu le courage de mettre de l’avant. J’ai trois cousins qui sont passé par là et aujourd’hui ils ont un excellent anglais, ils n’ont jamais pensé poursuivre des études en anglais et n’ont pas été assimilé non plus.

La conciliation travail-retraite est également une bonne nouvelle. La version travail-famille n’est pas encore à point, je suis bien d’accord, mais la version travail-retraite est on ne peut plus nécessaire. On doit trouver des moyens de garder les gens au travail plus longtemps sinon le système de rentes va devenir totalement impossible à maintenir et, comme le disait M. Charest, ce n’est d’un allongement de la retraire que l’on parle, mais d’un allongement de la vie active.

Côté santé rien de bien nouveau, j’aurais aimé qu’il ait l’audace de M. Legault, mais la pression de ce dernier aidant peut-être que le virage va finir se faire.

Et puis il y a la loi sur les mines et l’exploitation du gaz de schiste. Il y avait clairement du rattrapage à faire de ce côté-là. M. Charest semble vouloir faire des pas dans la bonne direction de ce côté-là aussi. Voyons jusqu’où il va aller et espérons que cette fois ce sera fait correctement et pas à la pièce.

Finalement, je vous invite à relire le résumé de l’allocution et l’article du journal Le Devoir sur le sujet et à réfléchir à tous ce que ces petits changements impliquent comme travail de révision des programmes et des lois. Il m’apparaît que contrairement à la croyance populaire le gouvernement fait tout sauf se traîner les pieds.



Pour ceux qui seraient tenté de croire que j’appuis ici ouvertement M. Charest et son gouvernement et que je n’ai plus rien à leur reprocher, sachez que l’on peut très bien reconnaître le travail et les efforts de quelqu’un sans pour autant être derrière lui.

.jpm

Les commentaires sont fermés.