Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2011

Le paradoxe du temps supplémentaire

J’ai un ami et collègue qui a dû faire des heures supplémentaires ces derniers temps. Pas des masses, on ne parle pas ici de passer la fin de semaine au bureau, non, juste quelques heures de plus par-ci par-là, juste assé pour devoir appeler sa blonde et lui dire qu’il va rentrer un peu plus tard. Vous savez, il finit à 4h ou 5h, mais ces soirs là il étire jusqu’à 7h, 8h ou 9h… Pas de quoi fouetter un chat et puis bon, ce n’est pas à tous les jours ce n’est que quelques fois par mois. Mais bon à la longue ça fatigue… Encore de dire sa blonde.

En fait, le problème, ce n’est pas le temps supplémentaire. Le problème c’est que le gars en question occupe un poste clé dans l’entreprise ce qui justifie les demandes de temps supp. mais, que d’un autre côté, il ne gagne qu’un peu plus de la moitié du salaire de sa blonde qui elle, est enseignante au primaire. Le problème c’est qu’en fait il semble illogique que quelqu’un qui gagne la moitié du salaire d’un prof soit tenu de faire du temps supplémentaire.

Deux constats donc. Un, les enseignants qui ont un certain nombre d’année d’expérience ne gagnent pas si mal leur vie (il n’y a personne à 15$ de l’heure au bureau – et on fait tous 40h semaine) et deux, les emplois semblent se situer dans des univers parallèles…

Deux univers parallèle dans une même maison.

Mon ami a donc un boulot important puisqu’on l’oblige à faire du temps supplémentaire que personne d’autre ne peut faire, mais dont le salaire n’est pas très élevé. C’est vrai ici, comme dans plein d’autres entreprises de type manufacturières spécialisé. Ce sont les petits salariés, ceux qui produisent, qui font du temps supp.

D’un autre côté sa blonde n’est pas tenue de faire du temps supp. à tout bout de champ. Étant enseignante au primaire elle en fait quand même, correction, préparation de classe et autre, mais elle a un salaire conséquent.

Ainsi, paradoxalement, c’est le plus bas salarié qui est tenu de faire du temps supplémentaire. C’est également celui qui a le moins de contrôle sur son horaire, celui qui a le moins de jours de vacance et le moins d’avantages sociaux.

Mais, me direz-vous, n’importe qui peut faire son boulot alors que ce n’est pas tout le monde qui détient un bacc. lui permettant d’enseigner. C’est vrai, d’une certaine façon même si le travail de mon collègue est extrêmement spécialiser et que sa formation aura duré plus de deux ans. Cela dit, pourquoi est-ce qu’une personne que l’on peut remplacer « si facilement » est-elle tenue de faire du temps supplémentaire?

Réponse : Ce sont deux univers parallèles dans lesquels les niveaux des salaires ne représentent pas la même chose…

.jpm

11:22 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.