Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/05/2011

Soirée électorale…

La campagne électorale est finie et, pour une campagne qui s’annonçait plutôt terne, on peut dire qu’elle fut finalement haute en couleur. Quelle sera l’issue du vote d’aujourd’hui? Si les tendances sont claires, la répartition finale qui sera largement influencé par la capacité des partis à faire sortir le vote reste encore très nébuleuse. Gouvernement majoritaire ou minoritaire? Opposition officielle Libérale ou Néo-démocrate? Cette soirée d’élection sera une des plus intéressantes depuis bien des années… D’ici là, je vous livre mes observations sur la campagne et les partis présents.

Le problème des Conservateurs. Il y a indéniablement une bonne partie de l’électorat canadien qui campe à droite. La bonne performance des Conservateurs dans les dernières années le montre bien tant au fédéral qu’au provincial. Mais, Harper ne réussit pas à obtenir une majorité claire (et s’il obtient une majorité aujourd’hui, elle ne sera pas forte, sa légitimité sera plutôt faible et donc il n'aura pas les coudés franche qu’il espère avoir). S’il y a effectivement une droite morale et fiscale au Canada, le problème des Conservateurs, ce n’est pas leur programme mais bien le chef et son style de gouvernance. J’ai l’impression que pour plusieurs électeurs le respect de la démocratie passe avant la volonté d’avoir un gouvernement de droite et c’est tant mieux.

La déconfiture des Libéraux. Étant le parti du centre par excellence, il me semble que les Libéraux devrait être le premier choix des canadiens, mais voilà, le scandale des commandites a fait mal, très mal. Puis, il y a eu Stéphane Dion et son virage vert pour lequel les canadiens n’était pas prêt (il aurait dû rester un peu plus au centre dans son message) et enfin Michael Ignatieff qui malgré de bons discours et un (re)positionnement au centre relativement tardif (troisième semaine) ne réussit pas à incarner une alternative crédible. Peut-être est-ce tout simplement la lassitude des électeurs envers ce parti qui ne s’est jamais renouvelé, contrairement au parti Conservateur (avec le Reform).

La montée du NPD. Le NPD est-il réellement en monté ou est-ce  simplement une désaffection du vote Libéral et Bloquiste? Il semble même y avoir des Conservateurs qui passent au NPD! Je n’ai pas la réponse, mais je dirais qu’il y a en partie un goût de changement et en partie un positionnement idéologique. Ne soyons pas dupe, le programme du NPD est invraisemblable, ils ne pourront pas donner tout ce qu’ils ont promis. Même dans l’opposition la réalité risque de les rattraper bien vite. Mais l’important pour les électeurs n’est pas là. L’important c’est plutôt la philosophie qui anime le parti. Et même si cette philosophie est relativement à gauche, je mettrais ma main au feu qu’une fois au pouvoir le NPD aurait tôt fait de se recentrer. Une fusion avec les Libéraux est-elle envisageable? L’avenir nous le dira, mais ce n’est certainement pas nécessaire pour le NPD…

Une note sur le Bloc. Comment ne pas parler du Bloc? Honnêtement je n’en n’ai pas envie. On connait le Bloc, peut-être un peu trop. Sa déconvenue vient autant de la montée du NPD de la piètre campagne de son chef, trop fâché trop agressive…

Reste à voir ce qui va sortir de tout cela. La soirée électorale va être fort intéressante.

Et, enfin : Allez voter! C’est l’électeur qui fait la différence et cette fois-ci c’est encore plus vrai!

.jpm

10:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.