Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/05/2011

Brèves: École, Démocratie et Politique

Dans une lettre publiée dans Le Devoir, Isabelle Dancause enseignante au primaire dénonce le manque d’écoute du ministère lorsque vient le temps de lancer des réformes. Les profs sont des professionnels et c’est eux qui sont dans les classes et qui interviennent avec les élèves, mais contre toute attente, les gens bien-pensants du ministère ne les consultes pas ou si peu.

Mais ce n’est pas cela qui m’a le plus accroché dans son texte, non c’est plutôt une confirmation sur la façon dont les programmes sont montés. Il appert encore une fois que même si je n’y connais rien, j’avais encore raison et que selon Mme. Dancause « il n'existe pas de réel socle commun des connaissances à acquérir selon les étapes et les niveaux d'enseignement »!

Hé oui, vous avez bien lu, il n’y a pas que moi qui a l’impression que les objectifs à atteindre sont mal définis – ce qui est la raison d’être du ministère – et que plutôt que de faire leur job, ils perdent leur temps à dire aux profs comment enseigner.



Jean-Paul Gagné, chroniqueur au Journal Les Affaires, s’est mis le pied dans la bouche dans le dernier numéro en affirmant que la démocratie avait été bafouée dans Berthier-Maskinongé avec l’élection de Ruth Ellen Brosseau.

Qu’il se questionne comme d’autre sur la légalité de sa candidature (parait qu’elle n’avait pas le nombre de signature légal pour se présenter et que certaines avaient été contrefaites) c’est tout à fait correct, mais qu’il affirme « qu’elle recevra un salaire de base de 157 731 $, sans compter plusieurs autres avantages, pour un travail qu'elle n'a pas mérité et pour lequel elle n'a fait aucun effort », me dérange.

D’accord elle n’a pas fait une grosse campagne. Mais pourquoi ne mérite-t-elle pas ce travail? Et ceux qui le méritent, ils sont où? Ils ne se sont pas présentés! J’imagine que 157 000$ par ans ce n’est pas suffisant pour eux. J’imagine que l’idée de passer quatre ans à travailler comme un fou pour 157 000$ n’est pas aussi alléchante que M. Gagné le laisse entendre. D’ailleurs, pourquoi M. Gagné qui visiblement penser mériter le poste plus que Mme. Brosseau ne s’est-il pas présenté?

L’article de M. Gagné fini en soulignant que les « vagues, dangereuses, ne servent ni la démocratie ni les électeurs eux-mêmes, à cause de l'élection de candidats incompétents ». Passons sur les candidats supposément incompétents et parlons démocratie. C’est vrai que le système n’est pas idéal, mais M. n’a qu’à proposer la proportionnelle qui réglerait le problème qu’il soulève, mais il ne le fait pas… Allez savoir pourquoi.



Dernier petit texte, celui-ci se passe de commentaire. Martin Coiteux, nous pond un court texte sur le repositionnement des Libéraux et la grande difficulté à laquelle ils vont faire face. Intéressant et tout à fait dans le sens de ce que je disais au lendemain de l’élection du 2 mai dernier.

.jpm

11:40 Publié dans Brèves | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.