Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/06/2011

Fédération et syndicats, deux approches diamétralement opposées

Mercredi dernier la Fédération Autonome de L’enseignement (FAE), qui représente aujourd’hui approximativement un tiers des enseignants du Québec, a conclu une entente avec le gouvernement pour que cesse l’intégration mur à mur des élèves en trouble d’apprentissage.

L’entente historique « vient de confirmer, non pas que la classe spéciale est LE modèle, mais qu'elle est un modèle parmi d'autres. On ne peut plus prétendre qu'on va intégrer juste pour intégrer ». Cette entente est assortie d’une enveloppe de 30 millions de dollars sur 5 ans en support supplémentaire aux enseignants à travers divers programme et instrument. Elle est également assortie d’une entente limitant « à trois le type de problèmes différents d'enfants dans une même classe » histoire de cesser de demander l’impossible aux enseignants qui en ont déjà suffisamment à faire avec les autres élèves.

Ce sont là d’excellentes nouvelles qui prouvent que le gouvernement a enfin reconnu que l’intégration à tous prix n’avait tout simplement pas de sens.

Comment a réagi le syndicat des enseignants? A-t-il applaudit, dis merci à la FAE ou même tenté de voir comment maximiser cette nouvelle flexibilité? Non. Il a rejeté le tout du revers de la main prétextant que l’entente « ne permet d'améliorer ni la situation des élèves, ni le quotidien des enseignants concernés par l'intégration »! Améliorer en rien? Ils n’ont même pas pris le temps d’y penser!

Honnêtement, je n’y comprends plus rien. Plutôt que d’essayer de se moderniser, de travailler avec le gouvernement et, dans ce cas-ci, avec les enseignants, les syndicats semblent se braquer de plus en plus et sacrifier tout avancement sur l’autel d’un idéal théorique qui ne semble exister que dans leurs esprits détaché du réel.

C’est comme avec le syndicat de Poste Canada. Oui Poste Canada a demandé des concessions importantes. Ajustement de régime de retraite et autres, mais là à se battre pour conserver le salaire d’entré à 19$ de l’heure, il y a tout de même des limites! Pour le commun des mortels, 19$/h à 40h semaine, ça fait presque 40 000$ par an dès la première année pour passer la poste! On pourrait pas essayer le gars quelques années avant de lui donner le salaire d’un prof? Après ça on se demande pourquoi il manque d’enseignants!

.jpm

p.s. Bon, ok, certains dirons que l’idée c’est de tirer les salaires des autres vers le haut, mais honnêtement je n’ai jamais vu un employeur ne serait-ce que regarder la hausse du coût de la vie pour baser ses hausses salariales, alors ils sont loin de s’ajuster en fonction du gars qui livre le courrier. En fait, en général, les employeurs ajuste par rapport aux autres entreprises du même type - et dans ce domaine les postiers débutants sont largement au-dessus de la moyenne.

11:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.