Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2011

Non, mais je suis occupé moi !

J’ai eu à prendre un rendez-vous à l’hôpital cette semaine – rien de grave, je vous rassure. Il fallait téléphoner entre 8h30 et 11h30 pour pouvoir espérer prendre un rendez-vous. J’ai donc pris le téléphone à 8h35. À ma grande surprise, je suis encore tombé sur le même message enregistré. « Nous prenons les rendez-vous de 8h30 à 11h30 », pour X faites le 1, pour Y faites le 2, etc… J’ai fait le 2. Nouvelle boîte vocale, « Vous être bien au prises de rendez-vous pour Y, laisser votre nom et numéro de téléphone et on va vous rappeler pour vous donner un rendez-vous ». J’ai laissé mon nom et mon numéro et j’ai raccroché un peu fâché.

Vous vous en doutez bien, j’étais au bureau et je ne passe pas la journée assis derrière mon ordinateur. En fait j’y suis souvent, mais je bouge beaucoup aussi. Je me voyais mal rester assis là à attendre un éventuel appel, d’autant plus que ce matin-là, comme bien d’autre s’annonçait chargé. Comme un peu tout le monde ça ne me plaisait pas d’avoir à attendre – non, mais je suis occupé me suis-je dit.

Cette réflexion m’a soudainement propulsé à l’hôpital, ce n’est pas une secrétaire qui prends les rendez-vous, ce sont les infirmières et en y pensant bien, il y a de fortes chances qu’elles soient passablement plus occupées que moi et que ce qu’elles font peut beaucoup plus difficilement être arrêté pour prendre un appel que moi. C’est donc bien logique que ce soit moi qui aie à attendre un appel et non l’inverse et si je le manque, hé bien je me reprends le lendemain et ce n’est pas plus grave.

Cette tendance que nous avons tous à être centré sur nous-même fausse souvent notre jugement. C’est bien normal d’une certaine façon. Nous sommes toujours en bien meilleur position pour évaluer notre situation que celle des autres. Cela dit, c’est comme pour l’information, il faut toujours se questionner, réfléchir au contexte et voir s’il n’y a pas une autre façon de voir la chose… Ça permet de relativiser notre propre position et de se rendre compte que d’attendre un appel pour un petit rendez-vous à l’hôpital est tout à fait dans l’ordre des choses.

.jpm

11:39 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.