Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2011

La force de Twitter

J’ai un compte Twitter depuis quelques temps. Comme je l’ai mentionné il y a quelques semaines j’essaie de voir si je ne peux pas bonifier mes chroniques avec quelques autres outils propres aux médias sociaux. L’arrivé de Google+ dans quelque temps risque de changer la donne alors je prends mon temps. J’ai aussi un compte Diigo que j’aime bien, je le partagerai sous peu.

Avec Twitter mon idée première fut de suivre divers journalistes que j’affectionne pour voir ce qu’ils avaient à dire et vers quelles lectures ils pouvaient m’orienter. Il y a de forte chances pour que je le twit moi aussi dans quelques temps. L’expérience était jusqu’à date intéressante mais sans plus. Comme pour Facebook, il y a ceux qui twit trop et donc qui perdent dans leur incessant verbiage l’essentiel, et puis il ya ceux que l’on ne voit pas passer souvent mais qui souligne des trucs intéressants, mais encore là il faut faire le ménage.

Or il y a deux jours, lorsque je me suis branché sur mon compte, j’ai lu le slogan de Twitter, comme ça, je ne l’avais jamais lu. Est-il toujours là, je ne pourrais même pas vous dire… Ça disait « Follow your passions ». Bien sûr, l’information est un grand centre d’intérêt pour moi, le social et l’économie tout particulièrement, mais je reste un boulimique de l’info. Mais est-ce vraiment une passion? Pas sûr.

Quand j’ai lu le slogan, j’ai tout de suite pensé à l’escalade de bloc, le « bouldering » - ça c’est ce que j’ai le plus proche de la passion. Depuis 10 ans j’ai grimpé en Californie à Yosemite, Bishop, Joshua Tree et Castle Rock en trois voyages différents. Pour Joshua Tree j’ai roulé pendant 3h et demi de nuit à travers Los Angeles et les déserts environnants et je suis revenu le lendemain. Je suis aussi allé grimper en Espagne, autour de Barcelone et j’ai fait un détour d’une journée à Fontainebleau lors d’un passage à Paris. Cette fois-là j’ai marché 17km pour me rendre sur le site et ce fut absolument mémorable comme sortie. J’ai aussi couché dans mon char lors d’un passage à Lake Placid et Smugglers Notch et bien sûr j’en passe. Des sorties au Québec j’en ai fait plusieurs et dans des coins plutôt hors d’atteinte. Bref le bloc, c’est une passion.

J’ai donc entré « bouldering » sur Twitter et là une foule de petits commentaires me sont apparus, tous issu de passionné comme moi qui partagent, leur grimpe, oui, c’est aussi inintéressant que ceux qui twit sur n’importe quoi, on ne s’en sort pas, mais il y avait aussi d’excellent commentaire comme ce renvoi au « meilleur article que j’ai lu sur les cote en bloc depuis longtemps » ou à cette superbe vidéo sur l’escalade de bloc en Macédoine, c’est tellement bien fait qu’on dirait une pub touristique – c’est fou ce que les jeunes vidéastes font ces jours-ci!

Enfin bref, je n’ai besoin de vous dire tout le pouvoir d’internet ni, au fond de celui de Twitter, reste que cette capacité à joindre des gens d’un bord à l’autre de la planète qui partages les même intérêts autour de ce qui ressemble fort à un fil de presse fait par eux et pour eux est tout à fait fantastique. Ouaip, l’internet n’a pas fini de changer notre monde!

.jpm

16:41 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.