Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2011

Pour une réforme de l’économie

Je viens de terminer le dernier livre de Tim Jackson, un économiste anglais qui travaille depuis près de vingt ans à l’élaboration d’une réforme de l’économie.

Comme beaucoup cet économiste constate que nous nous dirigeons vers un cul-de-sac. La croissance infinie du modèle en place est impossible. Le rythme de croissance actuel est en train de détruire la planète et il nous est actuellement très difficile d’imaginer un autre modèle.

À la base de la problématique, Tim Jackson évoque deux causes fondamentales. La première, la nécessité de la croissance ne surprendra personne. Sans croissance, l’économie stagne, il ne se crée plus d’emplois et la récession n’est pas bien loin avec son lot de problèmes… On ne peut donc pas faire décroitre l’économie. La seconde cause est sociologique, elle relève de notre propension à recherche la nouveauté et à définir notre statut social à travers nos possessions.

Cette propension a toujours existé, mais aujourd’hui, la société de consommation rend cette propension invivable. Il nous faut toujours plus pour éviter l’exclusion sociale et la vitesse avec laquelle les nouveaux gadgets nécessaires sortent nous pousse à y consacrer toujours plus d’argent et de temps.

Si les causes sont entendues et claires pour le professeur Jackson, les solutions sont moins évidentes. Il parle d’écologisation du PIB par de normes anti-pollution et restrictives sur les matières premières plus sévères. Il parle de découplage de l’économie – la mise  en place d’une économie ne nécessitant que très peu d’énergie et de matière première et donc beaucoup plus centré sur l’humain et les services, mais avoue du même souffle qu’il ne sait pas trop à quoi cela peut ressembler*.

Il parle aussi de changer notre rapport avec nos possessions, mais surtout notre façon de se sentir intégré dans la société. Ce n’est pas le iPod qui devrait établir qui nous sommes, mais bien ce que nous faisons pour les autres. Et, c’est d’ailleurs, de souligner M. Jackson, ce que tout le monde recherche, se sentir utile, avec un entourage, des amis et des projets.

Une de mes propositions préférées pour mettre en branle ce nouveau modèle – une de celle que j’ai déjà évoqué ici à plusieurs reprises – c’est la diminution du temps de travail par la loi. Vingt et une heures par semaine ce serait bien non?

Bref, il est clair qu’il faut changer de modèle. Le prochain modèle n’est pas évidant, mais on commence à bien comprendre de quoi il devra être fait et quels sont les éléments à développer pour y arriver… C’est à suivre donc.



Si la lecture d’un bouquin de quelques 200 pages (il existe une version française) sur le sujet ne vous intéresse pas, je vous propose d’au moins aller écouter la conférence de 20 minutes qu’il a donné au TED en juillet 2010.

.jpm

*Moi je n’ai pas trop de difficulté à imaginer une telle économie. Omniprésence du recyclage et de la réparation (des services), une quantité élevé de loisirs et d’éducation (des services), beaucoup de voyage et de bonne bouffe (encore des services, mais avec un peu de matière cette fois). Tout cela coutera-t-il les yeux de la tête. Pas nécessairement, c’est un équilibre à trouver.

Les commentaires sont fermés.