Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2011

Pas l’apathie, la rationalité individuelle

En réponse au texte de Darwin, L'apathie, sur Jeanne Émard.

J'abonde dans le sens de Jack, ce n'est pas vraiment de l'apathie ou enfin, si peu, c'est plutôt à cause de la  distribution des coûts sur la majorité silencieuse. Pas celle des Radio X, des politiciens et autre commentateurs qui pensent représenter le bon peuple, la majorité silencieuse. Non, je parle plutôt de la majorité rationnellement silencieuse des économistes, celle qui comme le mentionnait Jack trouve le coût d'une action trop élevé pour le bénéfice qu'elle leur rapporte personnellement.

Individuellement, la corruption, la désinformation, la hausse du prix du lait, ne nous coûte à peu près rien alors que les efforts nécessaires pour faire changer les choses sont énorme.

Cela explique également, à mon avis, notre énervement collectif diffus. Tous les travers de la société pris un à un ne nous affectent qu'un tout petit peu - rien pour sortir dehors avec une pancarte. Mais, l'ensemble de ces travers créent tout de même un malaise d'où ce sentiment diffus dont on ne réussit pas à cibler la cause de façon précise. C'est, entre autres, pour ça que l'on aime blâmer le gouvernement de façon globale ou encore le marché de façon globale.

Bref il y a un problème, on en est certain, mais comme c'est en fait une multitude de petits problèmes dont les effets sont minuscules on a bien de la difficulté à situer notre malaise collectif. C'est peut-être aussi pour ça qu'on courent parfois collectivement comme des poules pas de tête après un éventuel coupable de tous les mots. Ce serait tellement plus simple et tellement plus à notre portée.

Bien sûr ce serait plus simple si nous étions moins individualistes, si nous avions une idée de la collectivité plus développé, mais ça ne changerait rien au problème et faudrait encore être en mesure d’orienter nos efforts et de s'occuper d'un cas à la fois - tout en gardant une vue d'ensemble, ce qui est loin d'être simple.

La solution? Je ne sais pas trop, continuer comme ça, discuter, demander des comptes et espérer que la classe politique travaille réellement pour nous. Sinon, ça prend plus de temps pour les citoyens et un modèle de démocratie directe beaucoup plus avancé et on en est très loin.

.jpm

17:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.