Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2011

Indignation : les résultats

Pour faire suite à mon texte sur les causes de l’indignation mondiale qui se fait entendre dans les grandes villes depuis le mois d’octobre, je vais tenter de présenté les résultats de la financiarisation de l’économie.

La base est bien connue, plus grande disparité des revenus, classe moyenne qui s’effrite, rôle des gouvernements remis en question, délocalisation, chômage, appauvrissement, etc.

Le mécanisme est relativement simple, j’en ai parlé dans mon premier texte. Les gens comme les entreprises et surtout les grandes agences de placement mettent leurs sous dans des produits dérivés, spécule sur le cours des monnaies et les produits de base tout en investissant moins dans ce que l’on appelle l’économie réelle, celle qui est constituée de vraies entreprises qui font de vraies produits et qui font travailler pas mal plus de gens par million de dollar généré.

Cette attitude, couplé à ce que je nommerais l’économisme du social et du politique (le fait que tout est maintenant jugé à l’aune de sa rentabilité à court terme) et à la demande croissante de profits élevé (cette demande étant bien sûr due au fait que les entreprises doivent rivaliser en performance économique avec les autres type de placement) conduit à tout le reste.

Tout est économique alors non seulement la richesse se concentre, mais également le pouvoir puisque qui a de l’argent a de l’influence. Aujourd’hui au États-Unis, la banque JP Morgan Chase a beaucoup plus de pouvoir que General Electric. La demande de profits élevés conduit à une accélération de la délocalisation… Même les Chinois commencent à délocaliser, c’est trop cher chez eux!

Et, au bout du compte, ce sont également les gouvernements qui écopent puisqu’ils doivent rivaliser entre eux avec des baisses d’impôts et autres pour attirer les entreprises et éventuellement créer de l’emploi. Mais ça ne fonctionne pas toujours autant qu’on le voudrait alors il faut couper dans les services, c’est un cercle vicieux. D’autant plus que le message de droite voulant qu’il faille beaucoup de riches pour créer de la richesse (puisque c’est supposément eux qui investissent et crée des entreprises – rien n’est moins sûr aujourd’hui quand on peut en deux clics de souris investir à l’autre bout de la planète), on ne fait qu’accentuer les inégalités

Le pire c’est que les inégalités de revenu coûtent cher aux gouvernements*, il a été démontré à plusieurs reprises que plus un pays est inégale plus il y a de la violence, de la maladie, du décrochage, etc., des dépenses que doivent assumer les gouvernements en taxant plus à tous les paliers appauvrissant d’avantage les moins nantis et laissant le champs libre aux riches d’user de rabais fiscaux…

Bref le résultat de cette financiarisation est clair, c’est l’appauvrissement de la majorité et le déplacement des fonds ailleurs que dans les mains des travailleurs.

.jpm

* Une excellente présentation sut TED à ce sujet.

Les commentaires sont fermés.