Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2011

Et pendant ce temps chez les politiciens – bis

Pendant que certains manifestent, que d’autres s’indignent et que d’autres encore chialent tout en se demandant par quel bout commencer pour changer le monde – oui, oui, c’est moi ça, certains passent à l’action.

(Je ne dis pas que toute cette agitation est vaine, loin de là, d’ailleurs je considère que les manifestations tout comme les écrits contribuent tous dans une certaine mesure à faire bouger les choses, à faire circuler les idées et à mettre éventuellement une certaine pression sur les décideurs, mais bon, ce n’est que pour montrer qu’il y a deux côtés à cette médaille et que les politiciens ne sont pas toujours les apathiques que l’on décrit. Cela dit, à chacun son rôle selon ses talents)

En effet, le dernier sommet de l’APEC (Coopération Économique Asie-Pacifique), les vingt-et-un pays membres ont voté une résolution plafonnant les droits de douane à 5% pour les produits utiles à la protection de l’environnement et abaissant à zéro ceux sur les produits écologiques.

Ceci devrait non seulement permettre au petits exporteurs de produits écologiques de trouver de nouveaux marchés et d’être plus compétitifs, mais également d’augmenter les échanges et donc la production d’une foule de produits verts allant de la cartouche d’encre recyclable aux pièces d’éoliennes.

Du côté québécois, on apprenait ce samedi que plusieurs hôpitaux au Québec avaient, sous l’impulsion du gouvernement Charest,  avaient commencé à chiffrer le trajet des patients chez-eux pour se préparer au financement par activité (ou financement inversé comme je l’appel). Vous connaissez l’idée, j’en parle depuis des années, c’est dans la plateforme de la CAQ et maintenant il semble que pour bien des directeurs d’hôpitaux le changement est inévitable et c’est une bien bonne chose.

Les patients cesseront d’être vus comme une dépense et deviendront source de revenu. Évidemment l’article du Devoir, nous sert quelques avertissements, l’idée fait encore peur. Certains ne voit pas comment cela va faire baissé les coûts d’autres ont peur qu’il s’installe un certain favoritisme pour les cas payants, etc.

Comme dans bien d’autres changements politiques, si l’idée n’est appliquée qu’à demi ça ne donnera pas les résultats escomptés. Il s’agit ici d’un système élaboré par la Suède et il fonctionne très bien quand tout est correctement mis en place. Je reviendrai sur ces détails demain. Mais déjà l’exercice en cours permet des constats intéressants comme le fait que les traitements pour un asthmatique léger coûtent plus cher que ceux pour un asthmatique modéré… Bien content de voir que ça progresse de ce côté-là.

Demain, les rouages du modèle scandinave.

.jpm

Les commentaires sont fermés.