Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2011

La gauche et la droite unies derrière une idée commune !

Et je ne parle pas ici de la gauche efficace et de la droite centriste, non, je parle ici du partage historique d’une idée entre la droite et la gauche que certains peuvent, lors d’envolées quelques peu excessives, qualifier d’extrême, je parle d’une entente entre la droite du Duhaime et la gauche de Québec Solidaire!

À ma grande surprise, c’est Éric Duhaime qui, dans un gazouillis qui aurait pu passer pour  sarcastique (mais qui pourrait passer à l’histoire) que M. Duhaime souligne que « L'idée d'un revenu minimum garanti de QS peut être bonne pour éliminer la pauvreté et encourager le travail. »

Il met d’ailleurs en référence une vidéo américaine expliquant ce concept simple et loin d’être neuf qui pourrait même, aux yeux du narrateur, réconcilier les démocrates et les républicain.

En gros, il s’agit d’une variante du revenu minimum garantie ajusté pour s’intégrer à la plateforme d’imposition. La base est simple, c’est un impôt négatif. Dans la vidéo, on propose 10 000$ et un taux d’imposition unique de 25%. Je vous laisse aller voir les calculs, ça fonctionne relativement bien.

Cela dit, je me permets de complexifier un peu en ajoutant que ce système très simple peut être couplé à une taxation variable sur les biens de luxe ou à un taux d’imposition à deux paliers. Il permet également de dégager un bon nombre d’employés du gouvernement qui travaillent à vérifier des rapports d’impôt personnel complexe et de les redéployer dans la vérification de l’imposition des entreprises pour lesquelles il semble moins aisé de simplifier le système.

J’ajouterai, pour finir, que dans la version habituelle des propositions de revenu minimum garanti (ce qui n’est pas mentionné dans la vidéo) le versement commence dès la naissance ou un peu plus tard. Le fond accumulé devant ensuite servir à poursuivre des études supérieures, ou enfin à encourager et faciliter l’accès à celles-ci. Il n’y a plus d’assurance chômage et beaucoup moins de programme de redistribution spécifique aux familles pauvres et autres.

Voilà, bon visionnement et .. profitez de la période des fêtes qui s’en vient pour en discuter!

.jpm

Les commentaires sont fermés.