Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2012

Dimitri, Joëlle et les autres

Vous avez peut-être vu les publicités faites par diverses commissions scolaires et syndicats de l’enseignement concernant leur opposition à l’obligation pour tous les élèves de faire une demi-année en anglais à la fin du primaire… Ça va comme suit : Dimitri a toujours de la difficulté à lire en français, il ne peut pas se permettre une demi-année intensive en anglais. Bloquons l’anglais intensif en sixième année.

En effet, il y a un problème et on fait bien de le souligner. Dimitri a encore de la difficulté à lire. Mais alors, que fait-il en sixième année! Comment se fait-il qu’il est rendu là et qu’il a toujours de la difficulté à lire? Le problème ce n’est pas l’anglais intensif, le problème c’est que Dimitri est en sixième et qu’il ne maitrise toujours pas la lecture à l’aube de son passage au secondaire! Il est là le problème!

Le Québec n’en peut plus du nivelage par le bas, il est décrié partout, mais à chaque fois qu’on veut aller plus loin on nous dit que c’est impossible parce qu’il ne faut pas oublier les plus faibles, parce qu’il faut attendre Dimitri… Avec cette logique on devrait faire reprendre toute la classe et attendre Dimitri avant de passer à l’écriture! Un second problème ici.

Je sais, toute cette transition est compliquée, mais il y a déjà une multitude d’écoles qui offrent ce programme à ces élèves. Évidemment si toutes les écoles, les commissions scolaires et les profs ne travaillaient pas en vase clos ce serait plus simple, mais ce n’est pas le cas. Alors on va encore réinventer la roue, ça va être le bordel et tout ce beau monde va tirer sur son bord de la couverte plutôt que de travailler ensemble. Voilà le troisième problème.

Sont-ce là de grands problèmes fondamentaux et insurmontables? Pas le moins du monde! Ce sont de faux problèmes, ce sont des problèmes que l’on se crée nous-même! La cause? Égoïsme, manque de volonté, incapacité à voir l’ensemble, culture du chacun pour soi, habitude à ne voir que les cas particuliers, je ne sais pas… Mais on a un ostie de problème et ce n’est certainement pas le cours d’anglais intensif…

.jpm

10:49 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.