Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2012

La FAE et le rôle des syndicats

La Fédération autonome des enseignants (FAE) vient de publier un document proposant une importante révision du programme de français au primaire. Dans ce document ils quittent le flou du ministère de l’enseignement pour débarquer dans le concret : Objectifs clairs d’apprentissage pour chaque année (plutôt que par cycle de 2 ans), méthode de mesure précises desdites notions à connaître et plateforme uniforme et cohérente.

Autre grande divergence avec le ministère, la FAE propose d’imposer des objectifs clairs, de connaissances à posséder, mais se garde bien de dire aux profs comment enseigner alors que le ministère évite les objectifs, mais ne cesse de dire aux profs comment faire leur boulot, oubliant du coup que ceux-ci doivent composer avec des contexte et des élèves bien différents d’une classe à l’autre.

Je vous invite à lire le court communiqué de presse publié sur leur site web. Ça colle totalement à ma vision de ce que devrait être les objectifs au primaire et la façon de les présenter – bref, ils ont fait le travail du ministère.

C’est d’ailleurs ce que tous les syndicats devraient faire. Je m’explique.

Plutôt que de travailler à conserver leurs acquis face à la direction et parfois même au péril de la survie de l’entreprise, les syndicats devraient travailler avec leur membre afin d’améliorer l’entreprise. Les membres, ce sont les travailleurs, ce sont eux qui sont sur le plancher et donc  ils sont tout à fait à même de proposer des ajustements qui permettraient de rendre l’entreprise plus rentable, plus efficace, plus performante.

Mieux, les centrales syndicales ont des membres partout! Elles sont donc très bien placées pour faire le relais entre les divers entreprises et industries. Pourquoi ne se servent-elles pas de cette force, de ce réseau, pour suggérer des améliorations ? « Tel entreprise dans tel milieu a telle pratique, et ça fonctionne très bien, ça pourrait s’appliquer chez-vous de telle manière… » Elles pourraient devenir des réseaux d’excellence, fournir des conseils et des conseillers, des experts de tous horizons à même les fonds du syndicat… Les syndicats deviendraient alors ce que toute entreprise veut parce qu’ils seraient synonyme d’économies, d’efficience, de bons conseils, parce qu’ils seraient synonyme de gens engagés dans leurs entreprises et toujours à l’affut de l’amélioration des pratiques et des techniques, bref ils seraient synonyme de succès et de rentabilité accrue plutôt que de griefs, de travail a productivité réduite et de coûts supplémentaire. Et, une fois la rentabilité haussé par l’intervention du syndicat, les patrons seront bien mal placé pour leur refuser un partage accru des profits.

Bref, non seulement la FAE a fait un excellent travail et a montré la voie au ministère de l’éducation en terme d’élaboration de programme, mais elle est aussi en train de montrer aux autres syndicats ce que devrait être la mission des syndicats, c’est-à-dire proposer des améliorations plutôt que de se battre pour aller chercher un nième avantage social.

.jpm

Les commentaires sont fermés.