Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2012

Énormités, sensationnalisme et info-spectacle

C’est incroyable ce que l’on peut entendre comme énormité dans les médias ces jours-ci. Chaque dossier chaud, chaque crise semble avoir droit à son lot d’insanité… Quand ce n’est pas la FAE qui déplore le fait que les stratégies anti-décrochage s’adressent surtout aux garçons, ce sont des manifestants opposé à la hausse des frais de scolarité qui déclarent que Québec investit dans les mines, dans les papeteries, mais pas dans l’éducation!

Et quoi encore? Aux dernières nouvelles, les taux de décrochages sont encore beaucoup plus élevés chez les garçons que chez les filles et beaucoup s’entendent pour dire que l’éducation primaire et secondaire s’est beaucoup féminiser ces dernières années et il faudrait en plus féminiser les programmes contre le décrochage? Un peu de recul ça vous ferait le plus grand bien.

Et que dire de cette folle jeunesse? Québec investi dans les mines et le papier, mais pas l’éducation? Difficile à battre! L’éducation primaire, secondaire et collégiale et pour ainsi dire gratuite au Québec. Seul les étudiants partant à l’assaut des études supérieur en paye une partie de leur poche et cela oscille entre 15 et 17% de la facture total. Le reste étant bien sûr couvert par le gouvernement. Encore une gang qui devrait réviser un peu les donner avant de parler!

Mais bon, voilà, il semble qu’il soit désormais nécessaire de faire dans le sensationnalisme si on veut faire les manchettes. Sans parler de cette culture de l’opposition qui oriente grandement les débats. Difficile d’être nuancé dans une telle situation… Et ça donne ce que l’on voit depuis quelques années. Les échanges, les débats se font à coup d’envolées quasi lyriques où ce qui sort de la bouche de l’intervenant finit par n’avoir que très peu de lien avec la réalité…

Je dis que cette approche du débat, de l’intervention publique semble désormais nécessaire pour la simple raison que c’est ce que les médias vont mettre en avant plan. Ça prend des déclarations choque pour attirer l’œil, ça prend des coups de poing sur la table pour que les gens portent attention quitte à ce que la déclaration soit plus ou moins vraie voire carrément surréaliste.

Je fais le constat comme nombre d’entre vous que la nouvelle, son format, sa présentation et surtout sa définition a bien changé depuis quelques décennies. Nous sommes dans l’air de l’info-spectacle… Si ce n’est pas spectaculaire, ce n’est pas digne de mention. C’est entre autre pour ça que le mariage d’une quelconque star de la chanson prend plus de place dans les journaux que la situation au Proche-Orient! D’ailleurs je vous recommande chaudement l’épisode trois de RBO 3.0 disponible sur Tou.tv, qui traite exactement de ce sujet.

Certains grands médias soutiendront que c’est ce qu’il y a dans les journaux parce que c’est ce que les gens veulent. C’est en parti vrai, mais ce n’est certainement pas le lectorat qui a décidé de tout mettre dans le même (télé)journal. Avant le télé-journal était à 18h00 et l’émission de variété à 19h00, maintenant les deux sont à 18h30!

.jpm

11:34 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.