Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2012

Grève étudiante : Mise en perspective

Je ne suis pas d’accord avec un gel des frais de scolarité. Comme je l’ai exposé précédemment, c’est une source de problème puisque tout augmente et qu’un gel équivaut à une baisse des frais, une baisse qu’il faudra un jour compensé et une compensation qu’aucun gouvernement n’a le goût de mettre en place.

Cela dit, nous avons eu droit à plusieurs mises en perspective ces derniers temps. Et, au travers du brouhaha, des manifs pacifiques et de celles qui tournent mal, des centaines de commentaires publiés partout tous les jours, ils s’en trouvent tout de même certains qui font réfléchir.

Le premier fut pour moi celui de deux membres de Génération d’idée. Ces derniers avaient été publiés par Le Devoir sous le titre Droits de scolarité : Remettre les pendules à l’heure avec des faits. Dans ce texte on apprenait que les frais universitaire étaient de 2000$ en moyenne entre 2000 et 2009 alors qu’ils s’élevaient en moyenne à 2500$ dans la décennie de 1970. Donc, ça coûte moins cher aujourd’hui… Hé non, car c’est sans compter les frais affairant, des frais qui se sont élevés à en 2010 à 633$ par année. La hausse de 75% mise de l’avant par le gouvernement est donc bien réelle.

Le second texte qui m’a frappé est celui de Jean-Robert Sansfaçon, également publié par Le Devoir, soulignant que l’ensemble des avantages fiscaux consentis aux entreprises dépassent fort probablement le 4 milliards de dollars qu’elles versent annuellement en impôts. Mis à part le fait que cela nous montre encore une fois les très grande valeur des sociétés d’État, notamment Hydro-Québec qui à elle seule verse plus de 3 milliards de dividendes au gouvernement, cela nous oblige à nous questionner sur la « juste » part de chacun dans la société québécoise.

Certes, la hausse des frais de scolarité qui fait passer la participation des élèves de 15 à 17% n’est pas énorme et ces frais demeures les plus bas au Canada et ce dans une province où le coût de la vie est également relativement bas. Mais cela ne devrait pas nous empêcher de voir plus large et de se demander s’il est vraiment judicieux de demander un effort supplémentaire de cette taille aux étudiants, surtout dans un contexte où l’avenir passe clairement par l’éducation, alors que d’autres acteurs sociaux ne font peut-être par, eux, leur juste part.

Nous consentons des crédits d’impôts de plus 3.3 milliards de dollars à diverses entreprises québécoises, plus que dans toute autre province… Est-ce vraiment avec les étudiants que l’on veut compenser ces dons?  Il me semble que le juste équilibre ou qu’à tout le moins sa recherche requiert un certain questionnement qui ne semble pas être à l’ordre du jour…

.jpm

Commentaires

Il faut comprendre que les facultés en grève sont celles des sciences sociales, donc celles qui a peu ou pas d’impact sur l’économie Québécoise. Elles sont en fait celles non productive et le gouvernement le sait. C’est pourquoi qu’il n’y a pas de raison de s’inquiéter. De toute façon la majorité de ces étudiants finiront par trouver un emploi non connexe à leur diplôme. Cet investissement dans les facultés dite sociale doit simplement être réduit puisque c’est à fonds perdus. Malgré le fait que nous sommes la province avec les frais de scolarité les plus bas au Canada, nous sommes après 30 ans la province la plus pauvre, la plus endetté et la plus taxé.

Comme pour la Grèce, nous pourrons renverser ce mouvement, ou plutôt les banque renverseront se mouvement social puisque nous seront bientôt acculé à la faillite de l’état. Avec maintenant près de 140% de dette vs le PIB (Fédéral et Provincial), la Grèce avait 160%, on pourra enfin couper dans les services dont nous n’avons pas les moyens et que nous empruntons pour nous les offrir. C'est comme hypothequer sa maison pour se payer des vacances. Avec la faillite, On pourra couper dans le financement des études, la santé, les garderies, les pensions des fonctionnaires, leurs salaires et le nombre qui dorment au gourvernement.

J’encourage donc cette grève, puisque la majorité des étudiants qui font des études notables (medecis, avocats, ingénieurs et comptables) proviennent de familles nanti. Le gel des frais permet donc de maintenir l’écart entre la classe supérieur et la classe moyenne, hé oui, la classe moyenne continuera de payer les études de familles riches.

Un gros merci a Gabriel Nadeau..

So so so, solidarité

Écrit par : Pierre | 10/04/2012

Les commentaires sont fermés.