Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2012

Trop occupé pour réfléchir...

Vous avez probablement remarqué que mes billets se sont espacé ces derniers temps. S’il est vrai que j’ai mis plusieurs articles que j’aurais pu présenter ou analyser ici sur Google+, il est également vrai que j’ai été fort occupé.

Je l’ai déjà mentionné, j’ai une vie bien remplie. Carrière, enfants, études, sports, maison et ma vieille voiture qui rouille comme ça se peut pas – je vais vraiment devoir faire une grosse job de peinture.

Mais bon, j’aime ça. Je ne me plain pas, c’est juste que à force, des fois je travaille sur trop de trucs en même temps. Un nouveau site web d’escalade, un vidéo corporatif pour le bureau, la lecture de trois livres de front, les rénos de la salle de lavage, etc, etc. Et avec tout ça vient la fatigue. On se couche plus tard, on dort moins bien – trop de trucs dans la tête…

Et donc, au bout du compte, je me retrouve devant mon ordinateur avec un peu de temps libre et je ne sais plus sur quoi écrire, je n’ai tout simplement pas eu le temps de réfléchir de regarder le monde autour de moi. Et puis bon, le budget fédéral, tout le monde en parle.

Et finalement, je sors, je me regarde et je constate que je suis encore chanceux de pouvoir prendre le temps de réfléchir, d’être suffisamment organisé pour le faire. Et, dans cette réflexion sur mon temps de réflexion, je m’oppose à ceux qui n’ont pas le temps, qui n’ont pas l’habitude ou la volonté, ceux qui sont mal organisé ou qui courent après leur souffle à longueur de semaine.

Au risque de tomber dans la caricature grossière, je dirais qu’il y en a plein de gens comme ça, souvent ceux qui habitent les quartiers plus modestes. Ceux-là même que je traite de cons (comme bien d’autres) après les sondages ou les élections parce qu’ils se sont laissé séduire par des slogans simples et simplistes.

C’est de leur faute, oui, ça n’y change rien. Mais reste qu’il y a des jours comme ça, où je suis trop occupé, trop fatigué, pour creuser un sujet, pour y réfléchir vraiment et il ne fait aucun doute que je ne suis pas le seul dans cette situation…

.jpm

11:47 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.