Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/04/2012

Brèves économiques 2

Voici quelques bons textes à saveur économique. Mais comme nous ne sommes pas tous de grands amateurs d’économie, je vous fais des courts descriptifs qui mettent surtout l’accent sur la partie non-économique du texte, le sous-texte si vous préférer.

Le premier texte est très important. Il souligne le fait qu’il n’y a eu, au final, aucune création d’emploi aux États-Unis entre 2000 et 2010 alors que la population, elle, a cru de près de 10% pendant la même période*. Et alors? Hé bien deux choses. Un, le taux de chômage à 10% qui prévaut depuis l’an dernier, je n’y crois pas du tout et deux, il faudrait cesser de croire que nos taux de croissance au Québec sont médiocres. Nous n’avons pas le pétrole de l’Alberta et notre principal partenaire commercial c’est les États-Unis alors si nous créons de l’emploi c’est que nous faisons mieux que les ÉU où ces mêmes emplois auraient pu être créés.

Le second texte en est un de mise en perspective, pondu par Gérald Fillion qui retrace le passage de l’impôt vers les tarifs, que beaucoup nomme la transition vers l'utilisateur payeur. Cette transition, loin d’avoir commencé avec M. Charest est plutôt issue de l’air du temps au début des années 90 et a été amorcé par les péquistes de Bernard Landry. On y apprend entre autre comment on a coupé des paliers d’imposition pour transférer la charge dans les tarifs. Et alors? Hé bien, c’est loin d’être progressif comme manière de taxer. Je ne dis pas si les taux étaient variable, mais ce n’est pas le cas, alors quand on nous dit que les mieux nantis ne peuvent faire plus, je sourcille. (Cela dit ça n'excuse en rien le gouvernement Charest d'avoir continué.)

Comme troisième texte je vous propose la prose tout à la fois satirique et délicieuse d’Anne Archet qui expose ce qu’elle a apprise sur l’économie en écoutant une des fameuses entrevues de Pierre Montmarquette où il affirme comme des lois immuables sa conception hautement idéologique du fonctionnement d’une économie. Savoureux comme texte. Et Alors? Hé bien, ça fait du bien et ça réveille diablement l’esprit critique.

Le dernier texte porte sur la campagne électorale du Wildrose en Alberta, une campagne où l’on ne se gêne pas pour décrier nos généreux programmes sociaux. Le texte est intéressant puisque l’on y apprend tout de sorte de trucs sur l’impôt et les taxes en Alberta. Mais la partie la plus intéressante ce sont les commentaires… Il y en a des tonnes et à mon sens ils donnent un excellent aperçu du discours populaire sur l’économie et la politique au Québec. Et alors? Hé bien, il est toujours bon d’avoir le pouls de ceux qui nous entourent.

.jpm

*Passer voir la dernière carte au bas de la page et amuser vous à regarder à croissance de la population aux États-Unis depuis 1910. Vous allez voir que les gens se déplacent toujours vers l’Ouest. Et alors? Hé bien, c’est vrai qu’il y a de l’emploi en Alberta, mais le Québec ne perd pas des gens seulement à cause de cela. La migration de la population quel qu’elle soit vers le sud-ouest est un fait  incontournable depuis plusieurs siècles.

Les commentaires sont fermés.