Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2012

La juste part

Ce concept de juste part, qu’il soit pour des frais de scolarité, d’impôts ou de salaire, vient nous chercher, c’est clair et c’est exactement ce que M. Charest espérait en lançant cette idée au début du conflit. Cette idée de la justice entre tous en société est très importante et est débattue depuis toujours. Platon y a d’ailleurs consacré une grande part de son œuvre.

Je ne pense pas pouvoir résoudre cet épineux et très complexe problème ici aujourd’hui, pas plus que le gouvernement ou les étudiants puissent le faire dans le contexte actuel. Par contre, à la suite de Carole Beaulieu, rédactrice en chef de la revue L’Actualité, je souligne que certaines justes parts peuvent paraitres moins juste que d’autres.

En effet, on apprend dans le dernier numéro de l’actualité que le gouvernement McGuinty vient de réviser à la baisse les montants versés aux médecins ontariens lors de divers actes médicaux. Certains actes avaient des compensations de 400$ et prenaient deux heures à exécuter, mais avec le temps et surtout la technologie (déployé à grands frais), ces actes prennent maintenant 15 minutes, mais donne toujours une compensation de 400$.

McGunity a réduit les compensations versées d’environ 10%. Évidemment, ça a fait monter les médecins aux barricades. Le premier ministre n’a pas plié, mais il en appel aujourd’hui à tous ses homologues provinciaux à emboîter le pas afin de normaliser les compensations au pays.

L’économie budgétaire de cette pour l’Ontario est d’environ 400 millions de dollars annuellement. Est-ce que M. Charest va suivre? Gageons que non. Que ferais-t-on de 400 millions supplémentaire dans nos coffres? D’ailleurs, Mme. Beaulieu nous rappelle de façon très pertinente que les médecins ont obtenue, il y a cinq ans, une très généreuse hausse salariale de 30%. Nous leur versons aujourd’hui près de 5.5 milliards de dollars en salaire annuellement soit 1.3 milliards de plus qu’il y a cinq ans!

Bien sûr il y a ici tout une question de poids relatif, de salaires compétitifs, de lobby, de grèves qui font plus mal que d’autres et j’en passe, mais au bout du compte si l’on met le juste dans la balance, comeme M. Charest l’a fait, il faut s’attendre à devoir tout évaluer et à réviser la justesse de toutes les dépenses – chose que le gouvernement Charest ne fera certainement pas, même lorsque ces dernières sont réclamer par ses homologues provinciaux.

.jpm

11:05 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.