Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2012

Le présent compressé

Et paf, 19 juin 2012. Hier on était en mai, avant-hier j’étais au cégep et la semaine passée je faisais du skateborad dans la cours de mon école secondaire…

Le temps passe vite. Le primaire, surtout les étés m’ont semblés infinis. Le secondaire a été un peu plus rapide, mais tellement long aussi. Puis ça a commencé à débouler, le cégep, ma première job, mon premier appartement et les dix autres qui ont suivi. Puis les enfants, la maison et mon fils qui va avoir 12 ans cet été…

Ce n’est pas que je n’avais pas remarqué cette accélération du temps auparavant, c’est juste que j’ai l’impression de ne pas avoir vu passer les dernières semaines. Le printemps est arrivé, puis le début de juin, et c’est déjà la dernière semaine d’école, déjà le 24 juin, déjà le premier juillet… Et juillet va certainement passé très vite.

Ce n’est pas la monotonie, loin de là, c’est peut-être un peu l’inverse en fait. Mais c’est aussi et surtout cette impression que tout va très vite, surtout dans les souvenir, on raccourcit, on résume. C’est cette vitesse qui m’inquiète. J’ai peur que l’accélération continue. La semaine prochaine ce sera peut-être la fin de l’été et tous les projets de l’été en cours devront être mis sur la glace.

Mémoire et projection font définitivement mauvais ménage. Entre les deux le présent est compressé et même si on essai de la savourer, il fuit à une vitesse folle.

Hier matin à 8h20, j’étais aux États-Unis, à Lake Placid assis sur le dessus d’un gros bloc, célébrant et reprenant mon souffle après la réussite d’un problème particulièrement difficile sur lequel j’avais commencé à travailler deux an plus tôt et aujourd’hui je suis de nouveau derrière mon bureau à régler des problèmes de production.

Ce n’était qu’hier, mais ça me semble déjà tellement loin. Le présent absorbe le passé si vite… Et, malheureusement, le présent n’est souvent pas à la hauteur du passé ou même du futur projeté. Alors, vivons le moment présent à fond, au moins les souvenirs seront bons!

.jpm

16:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.