Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2012

J’ai déjà été idéaliste

À 20 ans tout le monde est idéaliste, c’est normal. Mais généralement, avec le temps, l’idéalisme laisse la place à un certain réalisme. Chez-moi ça a été assez long, mais aujourd’hui je crois pouvoir affirmer que j’ai cessé d’être idéaliste.

Ah, je n’ai pas cessé d’avoir des idéaux. Je ne crois juste plus en un monde parfait, mais plutôt en un monde perfectible. Je ne crois plus en la révolution salvatrice (y ai-je jamais cru?), je crois plutôt en une trame à mettre en place…

Je vous ramène en 1970. C’est un peu avant la fin des trente glorieuses, ces trente années d’après-guerre où l’Occident a connu des taux de croissance annuels de cinq, sept, huit pourcent. Tout était à refaire, la classe moyenne à construire, le monde et l’espace à conquérir. Puis il y a eu la crise pétrolière de 1973, les taux directeurs se sont envolés au début des années quatre-vingt et nous sommes tranquillement passé d’une économie de la demande à une économie de l’offre.

Les mentalités ont changés tranquillement, la théorie économique a suivi ou précédé, peu importe, nous avons glissé vers le néo-libéralisme et nous sommes, à mon avis, allé trop loin.

D’importants changements sont nécessaire c’est clair. Ces changements doivent-ils être abrupte et passer par la destruction simultanée de toutes les institutions? Je ne suis pas certain. Comme pour ce glissement vers le néo-libéralisme, le glissement vers une nouvelle idéologie doit se faire tranquillement puisqu’il ne s’agit pas que de changer les institutions et les idées dominantes, mais bien de changer toute une culture économique.

Je dirais même plus, non seulement ce changement doit se faire à une vitesse raisonnable, mais il doit surtout se faire de façon consciente. Nous devons collectivement choisir une nouvelle direction, de nouveau idéaux et éviter de faire comme les Russes et choisir d’y aller le plus vite possible en prenant toute sorte de raccourcit très couteux.

Si la direction à prendre n’est pas encore claire, il est cependant évidant que d’important débats sur la question ont lieu depuis déjà longtemps. Le sommet de Rio célébrait son 20ième anniversaire cette semaine. Les mentalités ont commencées à changées, mais le modèle reste à définir, cela dit, je crois bien que l’on commence à le distinguer dans le lointain.

Ce modèle est très certainement déjà dans la tête de certains idéalistes et c’est comme ça que ça doit se faire. Les réalistes, vont ramener le projet sur terre et travailler à l’implanter de façon progressive et c’est aussi comme ça que ça doit se faire.

.jpm 

11:14 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.