Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/07/2012

Une longue journée au festival d’été

Détrompez-vous, je n’ai pas fait la file pendant toute la journée hier pour voir Bon Jovi. Les vacances c’est pour plus tard.

En fait, ma journée de Lundi a commencée sur l’autoroute 20 dans le coin de Drummondville, il était minuit et j’avais encore une heure de route à faire avant d’arriver à la maison. La nuit fût courte, va sans dire.

Le cadran sonne, douché, déjeuné, rasé, j’étais de retour sur la route à 7h45 pour aller reconduire ma fille à son camp de gym. Ce n’est pas trop loin de la maison. Le service de garde qui devait ouvrir à 8h00 n’ouvre finalement qu’à 8h30. Semble que je sois le seul à Québec à commencer à travailler à 8h00 – font quoi les autres?

Je rebrousse chemin pour aller reconduire mon gars au camp de soccer à l’opposé du camp de gym par rapport à ma job, 8h20, je suis au stade, 8h30 au bureau et à 9h00, je repars reconduire ma fille à la gym. C’est juste à côté, mais construction oblige, ça prend tout de même un bon 10 minutes.

Retour au bureau. Petit dîner à l’extérieur sans toutefois passer outre un détour par la maison pour l’envoi d’un courriel important oublié le matin et, retour au bureau.

17h00 je sors du bureau. Ma blonde est passée prendre les enfants. Elle était rentrée au boulot à 7h00 pour pouvoir en ressortir à temps pour récupérer les enfants avant la fin du service de garde.

De 17h00 et des poussières à un peu avant 19h00, on relaxe, on soupe sur le BBQ, on jase et on concocte le plan un peu fou d’aller faire un tour sur les Plaines voir Bon Jovi. Après tout c’est le Festival d’été, on a nos passe et puis bon, « il faut en bien en profiter un peu ».

19h00, je quitte pour le soccer. Match peu enlevant gagné 7-0, mais on les petits gars sont contents et ils ont eu l’occasion de faire des beaux jeux. On finit d’avance, je suis à la maison à 20h30 alors que j’aurais dû n’y être qu’à 21h00. On profite de l’occasion pour partir un peu plus tôt.

Il fait beau encore à 21h00, le Vieux-Québec est plein. On sillonne la basse ville, pas un seul espace de stationnement de disponible. On pousse jusque dans St-Sauveur, toujours rien. Tous les petits coins sont occupés. On remonte en haute ville au sud de René-Lévesque et au moment où je dis à ma blonde que si on fait encore deux coins de rue on laisse faire les Plaines on va prendre une bière ailleurs, je tombe sur une petite place bien en pente dont personne ne semble avoir voulu.

On se stationne, cinq minutes on est sur Cartier, cinq de plus Grande-Allée, cinq autres au parlement et encore deux pour constater que les Plaines sont pleines. Le site a été fermé à 19h30, deux heures avant le spectacle. Il est 21h45.

On remonte alors Grande-Allée, on va voir derrière la scène s’il y a un écran comme l’an passé. Finalement il n’y a rien sauf des milliers d’amateurs de Bon Jovi comme nous qui n’ont pas eu de place officielle…

Il est 22h15, nous sommes dos à la scène, le son n’est pas mauvais et je suis finalement assis sur les Plaines avec ma blonde. La journée a été longue, mais je suis heureux d’être là et ça me suffit.

.jpm

08:36 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.