Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2012

Débat gauche droite – un bon exemple

Le débat gauche droite est un peu plus présent au Québec depuis quelque temps. Il ne se fait plus à mots couverts et uniquement sur les grandes orientations des partis. Mais au-delà de cette mise en mot un peu plus corsé et du questionnement plus claire sur la place du gouvernement (et pas nécessairement sa taille, moi aussi je trouve qu’il a beaucoup enflé), les débats sur des enjeux spécifiques sont encore rare.

Heureusement, il y a quelques personnalités publiques qui prennent le temps de débattre de réels enjeux, c’était le cas hier d’Éric Duhaime et de Françoise David sur les ondes de CHOI RadioX Montréal.

Le débat portait sur le prix unique du livre et il a été fort intéressant. Mme. David et Québec Solidaire sont pour la mise en place d’un prix unique du livre. M. Duhaime est contre puisque cela se ferait, disait-il, contre l’intérêt du consommateur. Il a même été vérifier des prix. Les exemples sont parlants, mais peut-être pas si représentatif. Mais peu importe, les livres vendu chez Costco sont sensiblement moins cher qu’à la librairie du coin.

Alors M. Duhaime, dénonce la décision comme étant injuste pour ceux qui n’en n’ont pas les moyens. Mme. David répond alors que le prix unique n’est bon que pour neuf mois durant lesquels Costco pourra au plus donner un rabais de 10% sur le prix suggérer. Ensuite libre à eux de vendre au prix qu’ils désirent. Mais, de rétorquer M. Duhaime, ce n’est pas juste, vous être train de demander aux pauvres d’attendre plus longtemps que les autres pour avoir un livre.

C’est vrai, répondra Mme. David, mais si vous saviez comment ils attendent pour tout M. Duhaime, les livres ce n’est certes pas leur préoccupation principale. M. Duhaime n’a pas relever voyant probablement à cet instant l’insignifiance de son argument.

Puis ils sont entrés dans le vrai débat, celui de l’intervention gouvernementale dans le libre marché. Pourquoi règlementer le prix du livre, pourquoi faire payer plus cher au consommateur? Pour sauver les librairies. Parce que la concurrence que mènent les Costco de ce monde est déloyale. Ils ne vendent que quelques titres à grands rabais bouffant une importante part des ventes des librairies.

Qu’on soit d’accord ou pas avec les arguments de la gauche ou de la droite, il est intéressant de voir, à mon sens, comment un gouvernement présent, fort, de gauche, contraste énormément avec une grosse machine étatique. Ça ne coûte pratiquement rien à l’État à mettre en place.

Par contre le prix unique du livre a un coût pour le consommateur, on vient répartir un certain coussin pour les libraires et la chaîne du livre (qui est très peu subventionné) pour maintenir un certain standard dans les librairies une certaine offre pour ledit consommateur, une offre qui pourrait sérieusement décliner si on ne leur donne pas un petit coup de pouce.

.jpm

Les commentaires sont fermés.