Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2013

L’action dans le doute

Je vous rassure, je n’ai pas trouvé l’illumination. Il y a bien ce job chez TED à New York, mais ils demandent d’être au bureau à NYC au moins 3 à 5 jours par semaines, ça fait pas mal de jour à l’extérieur de la ville…

Alors non, je n’ai pas nécessairement trouvé la voie ultime, il n’y en a probablement pas non plus. Et puis ce que j’ai n’ai pas si mal, je pense que je devrais plutôt essayer de profiter de la situation actuelle et poursuivre ce que j’envisageais comme un plan de match raisonnable à la fin de ma session d’hiver. C’est-à-dire utiliser mon 4h de sans solde par semaine pour mener à bien quelques projets qui me tiennent à cœur.

Le problème sera peut-être de trouver lesquels, mais je vais essayer de faire ça sans trop de pression, en gardant à l’esprit que je fais pour m’amuser.

Reste le côté boulot. Encore là je me dis que je dois travailler avec ce que j’ai. Il y a des opportunités, il s’agit d’être patient et de les saisir quand elles passent. Et puis, il est aussi possible d’en créer. Dans une petite entreprise il y a toujours de la place pour ceux qui veulent faire un peu plus…

Bref, je suis toujours enclin au doute, je l’ai toujours été. Je doute peut-être un peu plus ces derniers temps parce que j’ai un peu plus réfléchis à ma situation, à ce nouveau diplôme que j’ai, à ces ouvertures potentielles, mais je choisis l’action, je bouge, parce que s’il y a une chose dont je suis certain c’est que je suis un gars actif, plein de projet, qui n’aime pas rester à rien faire !

.jpm

01/08/2013

Toujours dans le doute

Remise en question de la quarantaine? Je ne sais pas, peut-être. Mais je crois surtout que c’est la fin de mon bacc… Ce problème d’avoir bien des diplômes, des expériences, de l’ancienneté, bien du potentiel quoi, mais pas de savoir quoi faire avec.

Le problème c’est que je suis bon dans pleins de trucs, que tout m’intéresse ou presque et que je suis capable de trouver à peu près n’importe quel boulot gratifiant, mais que je n’ai pas de passion spécifique…

Je pourrais bien essayer d’être prof d’économie au cégep ou journaliste scientifique, vendeur au bureau… Je pourrais retourner dans un lab faire de la science en haute technologie ou travailler à L’institut de la statistique du Québec, je pourrais peut-être même me partir une petite entreprise de distribution je ne sais quoi…

Tout ça m’intéresserait, je crois avoir ce potentiel et j’ai une foule d’autres projets plus personnels… Écriture, photo, site web et j’en passe. Mais voilà, je ne trouve pas l’énergie et puis bon rien ne me passionne réellement alors je ne sais trop quelle direction prendre.

Et au bout du compte, je suis là avec 20 ans de boulot encore devant moi, plein d’avenues possibles, mais sans savoir laquelle choisir et donc je broie du noir parce que je vois le temps filer, les occasions se dissoudre et moi qui fait du sur-place englué dans mon quotidien…

Bref, je suis toujours dans le doute.

.jpm

18/07/2013

Hésitations

Je crois que ma mauvaise passe « faudrait que » est derrière moi, ou du moins assez pour que je commence à penser à autre chose. Je me suis payer du temps à moi, j’ai fait ce qui me passait par la tête plutôt que ce que j’aurais dû faire et finalement, je recommence à travailler mes « faudrait que » avec un peu moins de dégoût.

Cela dit, cette petite déprime passagère a mis en lumière une seconde petite déprime celle du manque de défi au bureau. Deux trucs s’imbriquent ici.

Les premiers sont une certaine lassitude face à mon travail et lié à cela une certaine fatigue. Et, à cette fatigue (ou manque de motivation), s’accroche une envie de ne rien faire de plus. Ce qui me met dans une position qui ressemble à une impasse où je voudrais faire autre chose, démarrer un nouveau projet, changer ma routine ou y ajouter du piquant, mais en même temps je ne m’en sent pas l’énergie et donc j’ai aussi envie de continuer de surfer sur mon travail actuel qui ne me demande pas trop d’effort puisque je le connais bien.

Les seconds sont l’envie de me trouver un autre défi à l’extérieur du boulot, mais encore là, la lassitude frappe et la déprime aussi. Comment croire que ce sera mieux ailleurs ou dans un autre projet (un maîtrise peut-être). N’est-ce pas là un simple « changer le mal de place » ou « une fuite en avant » ?

Pour l’instant je suis un peu pris dans mon cercle « vicieux », je ne vois pas d’issue. Un jour je me lancerais dans une foule de projets et le lendemain tout me semble trop compliqué ou n’en valant pas la peine… Je me dis que je devrais me contenter de ce que j’ai déjà et de suivre la route tout simple tracé devant moi. Mais cette vie morne est-elle pour moi? Et puis bon, il me semble que jusqu’à présent j’ai toujours réussi à travers divers projets et défis à avoir du plaisir à travailler.

Voilà où j’en suis. Pour l’heure je compte profiter de l’été. Laisser le temps passer et voir comment évolue la situation. Certains diront « attends, il y a quelque chose qui va se passer, une occasion qui va se présenter… » Ils sont naïf, ça ne se passe jamais comme ça, en tout cas, ça ne m’est jamais arrivé. Je vais devoir faire un choix à un moment donné… Ce ne sera juste pas cette semaine et d’ici là je vais profiter de la vie et de ma situation actuelle.

.jpm

13/06/2013

Faudrait que

Je pense que j’ai fait une overdose de « faudrait que »… Mes huit années d’études universitaires combinées à un emploi à temps plein, à la vie de famille, à l’entretien d’une maison, à une mise en forme, à un blogue, etcetera, m’ont visiblement rentré dans le corps et dans l’esprit.

Je me suis rendu compte ces dernières semaines que j’avais une écœurite aigüe du « faudrait que ». Faudrait que j’étudie, faudrait que je fasse mon travail, faudrait que je tonde le gazon, faudrait que j’aille au soccer de mon fils, faudrait que je répare la champlure qui tourne trop, faudrait que je planifie les camps d’été, faudrait que j’aille grimper, faudrait que j’écrive sur mon blogue, faudrait que je prenne des vacances… Même ça c’était, et c’est encore un peu, une corvée.  J’ai eu trop de « faudrait que » à gérer.

Aujourd’hui j’ai l’immense chance de pouvoir me payer 4h de congé sans solde par semaine. À la fin de mon dernier cours au bacc je me suis fait une liste de projet que je voulais avancer durant l’été, un après-midi de congé à la fois. Je l’ai fait, un après-midi, puis un autre et au troisième j’ai bloqué – pu capable.

J’ai dû me rendre à l’évidence. Je devais me reposer faire ce qui me passait par la tête ou ne rien faire (mais ça ce n’est pas mon genre). Alors je me suis mis à lire, à flâner. Je suis allé grimper, prendre une bière, écrire et tranquillement je sens que ça revient, que le goût des projets va refaire surface un jour, d’ici quelques semaine, d’ici la fin de l’été, on verra.

Pour l’instant je prends ce 4h de congé comme il vient, je fais ce dont j’ai envie et je retrouve tranquillement le goût de faire ce que j’aime – une chose qui était presque devenu difficile.

.jpm

11/06/2013

Je vous parle de moi

J’ai été plutôt absent ces derniers temps. Mais je sais que certains d’entre vous me suivez toujours, même s’il y a très peu à suivre.

Je voudrais bien vous dire que c’est le manque de temps qui me tient loin du clavier. C’est en partie vrai. Pendant longtemps je réussissais à prendre une pause le matin au bureau pour écrire un petit mot, mais c’est devenu impossible… Peut-être est-ce que je travaille trop. En tout cas, je suis très certainement très sollicité. Ça fait déjà trois fois qu’on me dérange depuis le début que j’écris ceci.

L’autre part de cette absence est dû à une certaine lassitude. Je trouve que j’ai déjà traité une foule de sujet à plusieurs reprises. Je manque un peu de motivation pour les traiter de nouveau. Je ne dis pas que je n’ai plus rien à dire, mais il me semble que mes textes ont plus que couvert l’ensemble du jardin.

Je pourrais vous parler plus de moi. Chose que j’ai très peu faite, hormis dans mes tous derniers textes, mais ce n’est pas mon genre et encore moins celui du blogue. Et honnêtement, ça me tente plus ou moins.

Je ne dis pas que c’est la fin de l’aventure, mais il y a clairement un changement de direction qui s’opère. Je pense que je vais utiliser beaucoup plus mon compte Google+ et vous transmettre de courtes nouvelles ou observation de ce côté-là pour ne plus écrire de long texte qu’à l’occasion.

Et même là, j’ai de plus en plus de difficulté à prendre le temps de lire sur le net. On dirait que j’ai été sur un « high » tout le temps où je faisais mes études et que maintenant que c’est terminé, la pression retombe et je n’ai qu’une envie celle de me reposer et de ne plus avoir d’obligation. Même l’accompagnement de mes enfants à leurs diverses activités sportives me pèse alors qu’à l’époque où je publiais tous les jours, je coachais au soccer et j’étudiais tous les jours…

Alors voilà, pour l’instant c’est ce qui se profile. Je ne sais pas ce qui se passera ensuite, mais pour l’instant c’est là où j’en suis.

.jpm

16/05/2013

Imposteur confus


Ça y est je suis dans mon premier après-midi de pause post-fin-de-bacc...

J'ai plein de trucs en tête, toutes sortes de projets que je reporte depuis longtemps. Malheureusement, je me sens un peu fatigué. Me retrouvé devant l'obligation de commencer des projets me fait soupirer. J'ai le goût, mais en même temps, je suis fatigué par ces huit années à m'imposer semaines après semaines des travaux scolaires. C'était les soirs de semaine, les fins de semaine à l'année longue... D'un autre côté, j'ai l'impression que je vais m'en ennuyer bientôt et que tous ces projets seront bienvenus.

D'un autre côté j'ai aussi cette impression d'être en quelque sorte un imposteur. C'est moi le gars qui prend des sans-solde au bureau pour me consacrer à d'autres projets, c'est moi qui crois que mes trucs sont tellement important que je laisse le bureau s'organiser sans moi. Ai-je de si bonnes idées? Méritent-elles toute cette attention? Je ne sais pas... Cela dit, suis-si important au bureau, en quoi mon absence est-elle si terrible et puis ces 4h de sans-solde je me les paye! je pourrais bien passer l'après-midi à dormir, ce sont mes affaires après tout!

Mais ce n'est pas moi ça. Si le doute fait parti de mes défauts (quoi que c'est aussi une grande qualité), mon besoin de faire quelque chose, de ne pas prendre congé en vain et d'avoir des projet est, je crois, parti intégrante de ma façon d'être et de prendre ces après-midi pour me pogner le cul serait de me renier moi-même...

Reste que j'ai bien le droit de prendre un break, de regarder autour de moi de voir ce que j'ai envie de faire. On peut en faire des choses avec 4h de lousse par semaine!

Ouais, bon je suis encore confus dans toute cette histoire. Qui eu cru que l'obtention de ce diplôme me tourmenterait?

...

Bon un petit peu de Tim Minchin - Dark Side, ça ve me faire du bien et je me lance dans un liste de projets à faire, à considérer... Puis je médite et je crois que je vais sortir prendre quelques clichés de Québec sous la pluie.

.jpm

13/05/2013

Bachelier

Ça y est j’ai fini mon baccalauréat en socio-économie, un long voyage que j’ai entrepris il y a déjà huit ans.

Si le voyage a été très agréable, les dernières sessions ont été plus difficiles. Me retrouvant aujourd’hui à la croisée des chemins, je ne pense pas m’engager tout de suite dans une maîtrise qui voudrait dire encore entre deux et quatre an de cours pour moi avant la rédaction.

Je ne suis cependant pas face à un mur. Il y a de nouvelles occasions au bureau et je pense également pousser un peu et tenter de voir un peu plus loin s’il n’y a pas d’autres occasions qui peuvent se concrétiser à court ou moyen terme. D’un autre côté, je me prive d’une demi-journée de salaire depuis huit ans, pourquoi ne pas continuer et profiter de la vie ou mieux encore prendre le temps de travailler un peu sur ces multiples projets qui hantent toujours mon esprit. Livre, jeu vidéo, conférence TED, musique, groupe d’entraide pour le troisième âge, les idées ne manquent pas. Je pourrais même penser donner un cours au cégep!

D’une certaine façon, je me suis peut-être un peu peinturer dans le coin. J’ai un boulot que j’aime, mais pour lequel mon bacc ne vaut pas grand-chose. Je voudrais avancer dans l’entreprise, mais je souhaite garder mon horaire de 36 heures.

Dans un monde classique, tout ça n’est pas compatible. Dans le monde dans lequel on vit aujourd’hui c’est autre chose, il y a moyen d’ajuster tout ça, enfin pour qui a de la volonté et une idée claire de ce qu’il veut – vraiment pas certain de savoir ce que je veux…

Le problème c’est que j’aime relever de nouveaux défis, mais que je suis bien content de ne pas être dans le jus continuellement et puis bon, moins d’une semaine après la fin de la session, je dois dire que la fin de ce bal incessant de huit ans de travail, d’étude, de vie parentale, de coach et de « j’essaie de me tenir en forme », me rends un peu las. J’ai le goût de prendre ça cool, de prendre l’air de regarder autour un brin…

C’est ce que l’on appel avoir l’embarras du choix j’imagine, mais comme c’est toujours le cas, il y a des limites des balises, du temps, de l’argent à mettre dans la balance.

Fin de bacc, aube de la quarantaine. J’ai un coffre à outils qui déborde, des idées plein la tête, mais voilà, je ne sais pas nécessairement quoi faire avec tout ça. Mon principal problème c’est que je m’intéresse à tout et qu’il me semble qu’il est bien difficile de faire un peu de tout éternellement. Je voudrais m’investir dans quelque chose, avoir une passion, mais je sais que le reste va finir par m’appeler…

Alors voilà, pour l’instant je vais garder mon horaire de 36h et je vais débuter toute sorte de trucs, lancer des sondes et on verra bien ce qui revient. C’est un non-choix, je le sais, mais je ne vois pas comment faire autrement. Mais je continu de réfléchir.

.jpm


12/03/2013

En voyage aux États-Unis, encore

Hé oui, je pars encore pour les « States ». Deux raisons bien simples expliquent ce constant retour au pays de l’Oncle Sam. Un, c’est juste à côté et c’est vaste. Deux c’est notre premier partenaire économique.

Encore une fois j’y vais par affaire, mais aussi par plaisir. J’ai la chance d’assister à une foire commerciale à Los Angeles, mais comme je suis dans le coin je vais également prendre quelques jours de vacances pour aller grimper à Bishop qui se situe à cinq heures de route de L.A.

Durant mon périple je ne serai peut-être pas très présent, mais je risque quand même de poster quelques petits trucs. Sinon, au retour, je vous fais mon habituel compte rendu de mes observations de l’Amérique.

.jpm

09/01/2013

Départ en lion

Ben voilà, 2013 est déjà commencé, l’année a démarré en lion pour moi, le boulot s’est vite accumulé, ma session n’est pas encore commencé, mais au bureau ça ne dérougis pas… C’est tant mieux j’imagine. Me restera plus qu’à casé les rénos et l’escalade et le reste ;-)

M’enfin, 2013 est là et je n’ai pas fait mon bilan de l’année, mais on le voit bien les choses ne changent que très lentement et à chaque moment donné, bien malin celui qui saura dire si ça va mieux ou pas. En tous cas, aujourd’hui ce ne sera pas moi !

Pour l’instant, ayant perdu une collègue de bureau cette année, je me contente de vous souhaiter la santé et, en complément, la motivation pour la maintenir. Je sais, ce n’est pas toujours facile de se botter le cul pour aller faire du sport, mais le sport et la bonne bouffe restent les meilleurs moyens pour se garder en bonne forme.

De mon côté, je n’ai pas pris de grandes résolutions pas plus que je ne vous ferai de grandes promesses… Chose certaine cependant, j’ai encore bien des idées de textes intéressants à écrire et d’autres viendront.

Bonne Année !

.jpm

05/07/2012

Fin de session d'été

Vous avez probablement remarquer mon silence radio. C'est le rush de fin de session ici. Je devrais être plus présent à partir du 16 juillet - deux semaines avant mes vacances où je retourne une fois de plus aux États-Unis me faire brûler la peau et saturer le cerveau par les superbes paysages de l'Ouest Américain.

D'ici là et même rendu-là, suivez mon compte Google+ où je poste de courtes remarques et des lectures intéressantes...

.jpm

17/02/2012

Google+

Je suis un peu dans le jus finalement cette semaine, toutes sortes de problèmes super intéressant au boulot et pas mal de travail côté étude, sans parler du soccer, de l'escalade et des tentatives de ski de fond.

Tout ça pour dire que j'ai été plutôt silencieux. Cela dit, j'ai commencer à poster des brèves, des liens et des commentaires sur mon compte Google+. Ça se fait bien, c'est facile et rapide alors je vais probablement continuer à utiliser Google+ et peut-être même à l'utiliser d'avantage.

Je vais ajouter un icône sur le site pour que ce soit plus accessible et je vais également annoncer mes textes sur Google+... Il sera donc possible de suivre le blog à partir de mon compte Google+.

...

Si vous avez un compte vous pourrez tout simplement m'ajouter à votre cercle de suivi. Si par contre vous n'avez pas de compte Google+, je vous incite à en créer un ne serais-ce que pour avoir la possibilité d'utiliser les Google Docs, fort utile et toujours en ligne...

Notez également que pour les supers adeptes de réseaux sociaux, vous pouvez suivre à la fois votre comtpe Facebook, Google+, Twitter et autre directement à partir de votre pas d'accueil de iGoogle.

Voilà, j'espère être plus présent la semaine prochaine, bonne fin de semaine !

.jpm

04/01/2012

Autres comptes et statistiques

Alors voilà, j’ai finalement pris le temps de mettre des petits liens tout simples vers mes comptes Twitter, Diigo, Flickr et Gooreads. Ils sont sont là sur le côté! Je voulais y aller avec des logos et tout, mais harmoniser tout ça aurait été plus long et plus compliqué et bon, j’aime bien l’esthétique de mes sites comme elle est.

Donc, Twitter : Je ne poste pas encore très régulièrement, mais je compte y aller de petites remarques, d’occasionnels re-tweets et surtout de suggestions de lectures. Ces suggestions vont également se retrouver sur mon compte Diigo sous forme de liens. Cela dit, mon compte Diigo risque de comporter plus de liens et de « suggestions » que Twitter puisque je réserve mes intervention sur ce dernier pour les « à lire absolument », des textes qui par ailleurs devraient également se retrouver dans des brèves ou autre dans mon blogue.

Côté Flickr, j’ai mis quelques photos de voyage. Je vais continuer de l’alimenter avec une sélection de mes meilleurs clichés. Pour ce qui est de GoodReads, j’y mets mes lectures au fur et à mesure. Mes livres de cours ne s’y retrouvent pas à moins d’être très intéressants et accessibles. J’y ajoute également de temps à autre des lectures passée que je revisite ou qui me reviennent à l’esprit pour une raison ou une autre.



J’ai également apporté une autre modification à mes trois plateformes de blogue. Cette modification invisible mais fort intéressante c’est l’ajout de Google Analytics, un outil qui permet de suivre les visites effectués sur un site web mais en éliminant tous les robots et en y ajoutant un outil géographique bien intéressant.

C’est donc armé de ce nouvel outil que je vous ai quelque peu épié. Les statistiques ne groupe que les visites des trois derniers mois on est donc bien loin des quelques 38 000 visites enregistrés par mon vieux compteur GoStats, mais quand même les grandes lignes se dégagent.

Ainsi, en gros, c’est mon site d’origine, celui hébergé sur jpmartin.net qui reçoit le plus de visites et celles-ci proviennent à 90% du Canada (principalement du Québec j’imagine). Les autres 10% proviennent en grande partie de la France et le reste est distribué dans la francophonie, allant de la Tunisie à La Réunion.

Mon site miroir, hébergé par Haut et Fort depuis de nombreuses années, est quant à lui visité à part plus égales par les Québécois et les Français, 48% et 37% respectivement ce qui laisse pour celui-ci 15% distribué principalement entre le Maroc et la Belgique et la Suisse.

Mon plus récent miroir, celui hébergé sur Blogger a joint quant à lui tout une nouvelle frange de lecteurs. Avec 64% de lecteurs du Québec, il reste beaucoup de place plus les Allemands et les Américains qui représentent respectivement 15 et 5% des visites. Le reste étant représenté entre autres par des visiteurs de la Russie, du Royaume-Uni et du Pakistan.

Notez au passage que les Américain représentent également le troisième groupe de visiteurs sur mon blogue d’origine…

Voilà, au bout du compte votre blogue préféré ;-) est lu presque partout sur la planète, du Chili au Cambodge en passant par la Roumanie et le Ghana… Bien sûr tous ne sont pas des lecteurs assidus, beaucoup se sont perdu au hasard de la toile…

Cela dit j’en profite pour vous saluer tous et vous remercier de me suivre. Vous le savez, je tiens ce blogue surtout pour moi, pour mettre mes idées en place et me pousser à réfléchir, mais votre présence aussi virtuelle soit-elle m’incite à continuer et vous offrir des sujets intéressants et des regards originaux sur le monde qui nous entoure.

Salutations!

.jpm

22/12/2011

Vacances des fêtes

Nous sommes à quelques jours du conge des fêtes. Je suis au bureau jusqu’à demain et j’y serai entre Noël et le Jours de l’An… Je vais fort probablement publier quelques textes durant les fêtes, peut-être plus léger, peut-être pas.

Faut que je vous parle de Minecraft, mais je devrais aussi faire une revue de l’année ou pas. C’est généralement un exercice intéressant, mais on en oublie toujours et la conclusion est connue d’avance : Rien n’a changé tant que ça. Reste que plusieurs événements important ont ponctué l’actualité… Enfin, on verra.

D’ici là, je vous souhaite un très bon temps des fêtes, profitez-en bien! Et, si vous êtes aussi occupé que moi, je vous souhaite de trouver quelques heures perdues, le 30 au matin peut-être pour relaxer, contempler le temps qui passe et profiter de ceux qui vous entourent.

Joyeuses fêtes,

.jpm

p.s. Exclusif, au retour des fêtes quelques nouvelles de vous !

09/08/2011

De retour...

Comme vous pouvez le constater, mon blogue est de retour en ligne et moi je suis de retour de voyage. Certains d'entre-vous ont peut-être déjà lu mes trois messages sur mon site miroir durant la panne. Rien de très important sinon, quelques mot pour vous rassurer sur la vie de ce blogue.

Cela dit, je n'ai pas chômé même si je suis en vacances. Arrivé lundi vers minuit, j'ai démarrer un nouveau blogue sur WordPress mardi et je compte tenter transferts et mise en page dans les jours qui viennent.

Comme j'ai pris quelques notes durant mon voyage je vais également, comme à mon habitude, vous faire un compte rendu de mes observations.

La transition devrait se faire lentement, je vais tenir se site à jour aussi longtemps que possible et comme j'ai quelques autres pages web à transférer, je me dois de maintenir jpmartin.net en vie encore un bout de temps. Notez aussi en passant que j'ai jeté un oeil sur Google+ et qu'il ne semble pas répondre à mes besoins ou du moins à mes attentes, je m'en remettrai donc à une série d'outils pour poursuivre mon aventure sur le net...

.jpm

04/08/2011

Après Boston, New York !

4 août, mon site de base n'est toujours pas de retour en ligne... Moi, je continue mon périple. Nous sommes maintenant à New York, ou enfin, tout près dans le New Jersey. J'ai bien hâte de revoir New York, c'est une ville fascinante.

Boston nous a donné de belles visites, c'est définitivement une ville a échelle humaine et le parc linéaire qui remplace l'ancienne autoroute à deux étages est vraiment un ajout majeur, ça a recollé les quartiers et ça redonne beaucoup d'espace vert aux citoyens, sans oublier, l'excellent lien que cela crée entre les diverses sections de la ville.

J'entreprends des démarches avec mon hébergeur pour qu'il débloque mon site, c'est plus facile de faire un transfert à partir d'un site qui fonctionne... Mais dès que je suis de retour, je ma lance dans le développement d'un blog sur une plateforme gratuite.

D'ici là, je profite de mes vacances et de NYC!

.jpm